• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

12 minutes de lecture (2484 mots)

Sagesse des Êtres de lumière

Sagesse des Êtres de lumière

Une hiérarchie de conscience

L’univers est vibratoire, la science nous le confirme un peu plus chaque jour. Tout comme les traditionnelles sept notes de musique constituent une octave, les vibrations instituent divers plans de réalisation du Soi au sein du cosmos. Et, analogiquement, notre univers visible est une octave parmi de nombreuses autres sur le clavier cosmique.

Ainsi que le radical latin oct (huit) l’indique, en musique l’octave représente sept intervalles entre huit notes. Cependant, une telle définition est réductrice, la pratique musicale ne pouvant se suffire d’un solfège aussi élémentaire. En effet, la qualité de ces intervalles louvoie entre trois notions essentielles : les gammes, les modes et les échelles.

"Il est difficile de donner du mot gamme une définition qui soit à la fois exacte et complète, tant sont diverses les notions que ce vocable recouvre et variés au cours des époques, les objets qu’ils désignent. D’une manière générale, on peut dire qu’une gamme serait l’ensemble des intervalles, égaux ou non, qui divisent une octave. Si l’on veut adopter une terminologie rigoureuse, on devrait donc distinguer les gammes, dans lesquelles sont définies les grandeurs des intervalles indépendamment de leur ordre, les modes, dans lesquelles on tient compte essentiellement de l’ordre des mêmes intervalles, les échelles, dans lesquelles les intervalles sont égaux. C’est donc par abus de langage que le seul mot "gamme" est souvent employé pour désigner indifféremment les divers types de répartitions d’intervalles."

Qu’est-ce qui relie l’univers à l’octave ? L’analogie qui pourrait les mettre en parallèle est ce fameux intervalle musical. Bien que je ne sois pas un spécialiste en matière de solfège, je ressens la nécessité de simplifier ce que je comprends afin que mon raisonnement ne s’égare pas dans une imagination stérile.

Certes, il n’est pas possible de définir ce qui devrait s’assimiler aux huit notes qui symboliseraient l’échelle cosmique. Peut-être le découvrira-t-on dans un proche avenir. Toutefois, l’intervalle peut s’assimiler à l’espace que vivent les êtres vivants dans un plan de conscience. Cela ne signifie pas que l’univers soit ordonné en sept sphères, ainsi que l’enseigne l’astrologie traditionnelle. En effet, elle place la Terre au centre d’un cocon sphérique constitué de sept influences planétaires.

Tout comme plusieurs gammes étalonnent l’échelle musicale, ainsi à l’échelle du cosmos, chaque octave assimilée à un plan de conscience, structure sept espaces d’évolution conscientielle. Il s’ensuit qu’un nombre indéfini de plans de conscience organise autant d’univers. Et chacun d’eux, assimilé à une dimension, crée un espace spécifique à cet univers dans lequel évoluent des êtres vers l’acquisition de plus de lumière.

La hiérarchie des plans de conscience paraît infinie, tant la nature de Dieu ou du Tout est insondable. Cependant, il est vraisemblable, et c’est ce que je pense, que chaque plan doive effectivement être assimilé à un univers en lui-même dans lequel existent des myriades d’êtres ou d’entités qui ont plus ou moins purifié leur conscience. Cela leur octroie diverses qualités, diverses fonctions au sein du cosmos. Quoiqu’ils soient reliés proportionnellement à l’intensité de leur éveil à leur divinité, il est logique de déduire que les êtres d’un même plan d’existence expérimentent toute forme de vie, mais dans un espace commun assimilé à un plan d’existence. Peut-être vivent-ils dans ce que nous appelons une dimension supérieure.

Ces êtres, qui existent dans de tels niveaux de conscience plus claires, plus transparents que celui dans lequel nous nous morfondons, tous nous aident naturellement grâce à leur plus grande pureté de conscience. Peu importe d’ailleurs la dimension à laquelle appartiennent ces entités que je qualifie d’Êtres de lumière.

Qu’est-ce qu’un Être de lumière ?

S’il me fallait préciser depuis quand je me suis ancré plus profondément, plus intimement qu’avant dans la voie de la lumière, ce serait sans doute depuis mon contact avec un arbre d’une rare puissance, un genévrier millénaire qui s’est fait connaître sous le nom de Rabdaël. Cette voie s’est ensuite développée dans l’harmonie des Êtres de lumière. Jusqu’à maintenant, je n’ai jamais approfondi ce qu’englobe cette expression qui, pour moi, est surtout générique, quoique suffisamment explicite, pour qualifier une catégorie d’êtres qui n’appartiennent pas ou plus au règne humain. Néanmoins, que l’on ne s’y trompe pas, ils rayonnent une lumière conscientielle supérieure à la nôtre. Cette précision est nécessaire afin de ne pas inclure parmi les Êtres de lumière les entités peu évoluées ou, tout au moins, celles qui n’ont pas fait encore bénéficié de l’ouverture de leur cœur de lumière.

Je n’ai jamais été bien inspiré pour comprendre qui étaient vraiment ces êtres qui se manifestent rarement dans notre objectivité sensorielle. La communication avec ces entités est généralement du domaine psychique. Quoique, et c’est ce que j’ai constaté depuis mon engagement dans la lumière, il faut s’élever dans le domaine spirituel, donc au-delà de celui psychique, pour bénéficier d’un véritable contact.

Qui sont ces Êtres de lumière ? Comment les qualifier ? Ont-ils quelque apparentée avec d’autres entités célestes ou spirituelles tels que, par exemple, les guides ou les anges gardiens ? Peuvent-ils s’assimiler à des êtres très évolués existant dans d’autres systèmes solaires ou planétaires ? Ces Extra-terrestres, ou Extra-dimensionnels, puisqu’il faut bien les cataloguer d’une façon ou d’une autre, viennent-ils nous aider, nous guider ?

J’avais déjà adapté une telle idée quand, voilà bien longtemps, lorsque je m’étais posé la question de l’existence des fées. J’ai développé mes réflexions dans une étude, reprise plus tard dans un de Mes carnets. J’y expose pourquoi je considérais certaines fées comme des êtres qui, ayant atteint un très haut degré d’évolution, vivent le règne spirituel. Je crois utile de reprendre ce paragraphe tant il me semble émouvant, maintenant que je me penche à nouveau sur les entités célestes.

"L'Homme n'est pas le seul être dans l'univers et le plan psychique ne représente pas l'unique réalité. D'autres niveaux de structuration évolutive de la vie existent, d'autres niveaux de conscience ou de réalité, où le règne de l'amour a, depuis longtemps, remplacé celui de la haine. Bien avant nous, des êtres vivants sont parvenus, grâce à la pratique de la pureté, dans des très hautes sphères existentielles et spirituelles. Dorénavant, la raison de leur existence est de rayonner l'amour, la joie, la beauté, ainsi que tous les nobles sentiments qui sont le propre de la vraie nature de l'être. Nous pouvons nous demander pourquoi ils ne nous aident pas plus, ainsi que la plupart de nous serions en droit de le croire. Ils ne doivent pas déranger l'équilibre assez précaire des mondes ni forcer le libre arbitre des petits démons que nous sommes encore. C'est ce qui explique la rareté de leurs apparitions."

J’avais nettement conscience que la sensibilité des fées est telle que, parfois, elles interfèrent dans la vie d’un être humain qui harmonise, consciemment ou non, ses sentiments avec leur compassion à l’échelle de l’univers.

Est-il vraiment nécessaire de classifier les diverses catégories d’Êtres de lumière ? Personnellement, je ne le pense pas.

Arrêtons-nous néanmoins à une catégorie d’Êtres qui ont la ferveur de quelques associations d’Hommes qui cherchent leur voie spirituelle. Il s’agit de ceux ayant la qualité et la reconnaissance de Maître, terme occidental dont l’équivalence en sanscrit ou dans les cultures hindouistes et bouddhiques est le Guru ou Gourou : "Précepteur, parent spirituel. Maître, celui qui nous guide vers la libération. « Gu » signifie ténèbres et «Ru» ce qui les élimine. Un Guru cosmique est un Avatar, soit un Sadguru, un être parfait." Le Maître est donc plus avancé que nous sur le chemin ascensionnel de l’évolution. Comme il a déjà vécu toutes les affres existentielles, il est susceptible de donner une orientation plus lumineuse aux expériences, heureuses et malheureuses, que nous devons vivre pour nous élever vers des dimensions de plus grande pureté.

En résumé, dans le contexte de la perpétuelle adaptation de la vie pour assimiler sa propre transmutation, j'appelle un Maître un être humain qui, après avoir poursuivi sa propre évolution au fil de nombreuses incarnations sur la Terre, s’est élevé jusqu’à un certain niveau de conscience universelle. Cette définition incluant la maîtrise d’un ou plusieurs pouvoirs psychiques, sans que, pour autant, la spiritualité ait pris le pas sur l’ego, seuls sont visés dans le cadre de ce Carnet les Maîtres qui, par l’exemple de leur vie, sont reconnus comme tels et rayonnent une grande spiritualité. Dans ce sens-là, un Maître peut également avoir un ou plusieurs disciples, auquel cas il est considéré comme un Guide spirituel.

Selon l'essence de la voie d'expression qu'il a préféré assumer, un Maître peut être qualifié de Réalisé Conscient, ou de Réalisé Christique. Quoique, au terme de sa réalisation spirituelle, les deux voies se fondent en une seule. Ainsi peut-il être compris ou vu soit sous l'angle d'un Connaissant soit sous celui d'un "Amourant", néologisme propre à distinguer l'être humain qui s'est engagé dans la voie de la compassion et du don de soi. Cela par opposition à l'être humain qui a suivi la voie de la connaissance cosmique et du savoir dans sa vie.

Les maîtres ascensionnés

Une autre catégorie d’Êtres de lumière dont on parle beaucoup depuis quelque temps, est celle des Maîtres ascensionnés.

Voici mon interprétation tout à fait personnelle du Maître ascensionné, appelé aussi Maître de sagesse. C’est un être humain qui, à la suite d’initiations, terrestres et astrales, a éclairci sa conscience jusqu'à ne plus éprouver d'intérêt ou d'attrait pour la matière, peu importe son règne d'expression. Ses désirs se sont éteints. En fait, la purification de sa conscience l'a élevé à un plan vibratoire de conscience qui lui permet de façonner en images tangibles ce dont il a besoin pour ses missions.

Quoi qu’il en soit, lorsque un être atteint le règne supérieur à celui humain, c’est-à-dire le cinquième règne, le règne spirituel tel que je l’ai développé dans un Carnet, l’important n’est-il pas de savoir qu’il existe dorénavant dans un plan d’existence dans lequel il voue son éternité à secourir les retardataires sur le chemin de l’évolution ?

Son lourd passé de labeur et de souffrance lui confère une place particulière dans l'universalité des Êtres de lumière. C'est ce qui le distinguera éternellement des autres entités susceptibles d'être rencontrées sur la Terre, sur d'autres planètes, ou ailleurs dans l'univers au cours de ses pérégrinations existentielles.

Les Êtres de lumière ont généralement dépassé le stade de la réincarnation karmique. Lorsqu‘il il leur arrive de revenir et vivre parmi nous sous une forme humaine et visible, c’est qu’ils accomplissent une mission d’une haute spiritualité à l’échelle de l’humanité, pas seulement pour le progrès d’un seul Homme. Tels pourraient être les gourous spirituels dont nous venons de parler.

Si un Être de lumière estime nécessaire de se faire connaître à un être humain particulier, sa technique la plus efficace est celle de l’adombrement. Encore que l’Homme qui bénéficie du bonheur d’être adombré, s’est déjà efforcé de s’élever dans la lumière.

Dans un de mes Carnets qui développe le thème de la réincarnation, j’ai expliqué l’adombrement comme "l’imprégnation spirituelle temporaire d'un être conscient par un autre dont la conscience est plus claire. L'adombrement serait plus spécifiquement le fait d'entités appartenant à des plans supérieurs d'existence. La tradition chrétienne parle alors d'anges de la face. Ce sont des entités célestes extrêmement pures. Aussi seuls les êtres qui sont en parfaite harmonie avec elles en ont le privilège. Par exemple, au sujet de Jésus-Christ, certains mystiques estiment que ce serait plus juste de dire que Jésus, dont le corps et la personnalité furent préparés à cette haute mission au cours de nombreuses réincarnations, fut adombré par le Christ."

Ce qu’il ne faut pas oublier est que l’adombrement exige une préparation spirituelle afin que celui qui en bénéficie, d’une part, ne soit pas pris au dépourvu, et, d’autre part, ne rejettent pas l’imprégnation par l’esprit d’une lumière plus intense. C’est pourquoi, son propre corps a été préparé au cours de contacts mystiques afin que ses vibrations vitales soient en parfaite harmonie avec celles de l’Être de lumière.

Cependant, il peut arriver qu’une expérience considérée comme une rencontre mystique, c’est-à-dire un contact avec un Être de lumière, soit purement imaginaire. Comment s’en rendre compte ? Comment faire la distinction ? La prudence est de rigueur car le risque est d’avoir imaginé une vision, bien que cela ait pu être involontaire. J’associerais volontiers cela à une réaction émotionnelle déclenchée à la suite d’une trop grande concentration mentale sur le sujet.

Jusque là, il n’y aurait rien de trop affligeant, s’il n’y avait pas ensuite une conséquence éventuellement fâcheuse. En effet, le danger est d’accepter pour vrai ce que l’on a imaginé. En focalisant toute son énergie à consolider ce qui n’est somme toute qu’une simple croyance, on peut rapidement se trouver dans un asile d’aliénés.

"À la différence des visions symboliques, les rêves conscients, tout empreints d'une mémoire antérieure, véhiculent une émotion différente. Parfois, je ne suis qu'un spectateur dédoublé, ma conscience étant en retrait tout en sachant qu'elle y est intégrée en essence, l'émotion éventuelle n'intervenant que bien plus tard. C'est ce genre d'expériences que j'appelle des rêves conscients, car ils me concernent directement. Et c'est principalement du fait de leurs répercussions à la fois physiques, psychologiques et émotionnelles, voire spirituelles, que je les accepte. Ils m'ont aidé à ouvrir mon esprit sur d'autres civilisations, d'autres cultures, à déployer ma conscience sur l'universalité pour me détacher du spécifique, à comprendre la raison de mon existence ici-bas tout en assimilant des principes spirituels."

Confiance aux Êtres de lumière

Appliquons la loi d’analogie chère à Hermès Trismégiste, selon laquelle ce qui est en haut est analogue à ce qui est en bas, et réciproquement.

L’Homme dépend des règnes animal et végétal, et même de celui minéral, aussi bien pour se nourrir que pour modifier ou embellir son environnement. C’est plus qu’une potentialité spécifique au règne humain. Cela est sa nature intrinsèque puisqu’il se distingue des autres règnes par la conscience de soi, faculté à l’origine de l’imagination et de l’intelligence. Cette prédominance due à une plus grande conscience, fait que sa fonction dans la hiérarchie des consciences, est d’aider les êtres vivants des règnes dits inférieurs. Nous agissons sur ces règnes avec nos lois, nos buts et nos désirs.

De même, les Êtres de lumière ayant atteint les degrés d’évolution supérieurs à celui humain, ils nous aident. Et même si nous ne comprenons pas leur façon d’agir, ni les lois qui les gouvernent et qu’ils appliquent à notre égard, sachons voir en eux nos prédécesseurs sur le chemin ascensionnel de l’évolution. Peut-être aussi souffrent-ils de ne pouvoir agir plus qu’ils le voudraient pour nous élever plus rapidement dans la lumière ! Nous devons leur faire confiance, particulièrement lorsqu’ils se manifestent en tant qu’Êtres de lumière.

Ils connaissent toutes les vicissitudes de la vie dans la matière, ils ont souffert ce que nous souffrons. Mais ils savent aussi que, lorsque nous aurons atteint leur dimension, nous observerons notre passé comme des images tellement évanescentes que nous croirons avoir simplement rêvé.

https://sites.google.com/site/mescarnetsderecherche/85---sagesse-des-tres-de-lumire

L'amour, clé du verbe divin
L’union à Dieu, Hadj Nemat

Articles en Relation

 

Commentaires 2

Joelle le dimanche 18 août 2013 17:03

C'est un régal cette lecture !

C'est un régal cette lecture !
AngeAdmin le dimanche 18 août 2013 17:04

merci joelle merveilleuse fin de journée bisous

merci joelle merveilleuse fin de journée bisous :)
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha