• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

35 minutes de lecture (7062 mots)

Ouroboros, la Tradition Secrète (partie 15)

Ouroboros, la Tradition Secrète (partie 15)

 

Le Secret des Templiers

 

Entendez-vous l’écho lointain d’une cloche qui résonne sous le soleil et le cri des pèlerins qui marchent sur Jérusalem ? 

Dans cette nouvelle vidéo, nous embarquerons pour une fabuleuse chasse au trésor, des sociétés secrètes, de la magie et l'un des plus grands mystères de tous les temps…

L’histoire que nous allons vous raconter est celle des Chevaliers du Temple, ces moines guerriers entourés de mystères.

Mais dans cette histoire, rien n’est aussi simple qu’il y parait et nous marcherons sur des chemins secrets et oubliés…

Nous parcourrons le Languedoc mystérieux, celui des Cathares, nous ne vous cacherons rien et vous révélerons enfin le grand secret de Rennes-le-Château.

Mais commençons cette histoire par le début, en l'an de grâce 1095...

Le 27 novembre 1095, lors du concile de Clermont, le Pape Urbain II prêcha la première croisade en Terre Sainte.

Le 8 mars 1096, une « armée de pèlerins » conduite par Pierre l’Ermite se mit en marche et arriva à Constantinople le 1er août. Malheureusement, elle fût entièrement anéantie par les Turcs, le 10 août, près de Nicée.

Du 23 décembre 1096 au 26 avril 1097, les armées de Godefroy de Bouillon, de Bohémond, de Raymond de Saint-Gilles et de Robert de Normandie arrivèrent à Constantinople et obtinrent la reddition de Nicée, le 26 juin 1097.

Puis ils débutèrent le Siège d’Antioche le 21 octobre et s’en emparèrent le 3 juin 1098.

A leur tour, le 26 août 1098, les Fatimides s’emparèrent de Jérusalem, mais le 6 juin 1099 les croisés entrèrent dans Bethléem et reprirent Jérusalem le 15 juillet.

Le 22 juillet 1099, Godefroy de Bouillon fut élu souverain de Jérusalem et le 1 août, Arnould Malcorne devint patriarche de Jérusalem puis fut remplacé par Daimbert le 31 décembre.

Godefroy de Bouillon mourut le 18 juillet 1100 et son frère Baudouin 1er lui succéda et devint roi de Jérusalem, le 25 décembre 1100. 

En 1113, Gérard Tenque fonda l’ordre des Hospitaliers de St-Jean-de-Jérusalem.

En 1118, un petit groupe de neufs chevaliers, sans protection ni grands moyens financiers, se présenta au roi Baudouin 1er de Jérusalem et lui proposèrent de protéger les pèlerins sur les routes de la Terre Sainte. 

En 1119, sous le commandement d’Hugues de Payns, cinq chevaliers, dont Geoffroy de Saint-Omer, se retrouvèrent sur le Golgotha, lieu de la crucifixion et jurèrent de devenir des réceptacles dignes du sang du Christ...

Ils se considéraient eux-mêmes comme les « Frères du vrai Temple du Christ ». Il est utile de préciser que par « Temple », ils entendaient en réalité le «Temple intérieur de l’Âme ».

Ils fondèrent alors la Milice des Pauvres Chevaliers du Christ (appelée militia Christi) et se mirent au service des chanoines du Saint-Sépulcre, haut lieu de pèlerinage à Jérusalem.

Afin de protéger les pèlerins venant d'Occident jusqu'à la Ville Sainte, ils établirent leurs quartiers sur le site qui abritait les anciennes écuries attachées au temple de Salomon.

Cependant, le choix de ce site n'était pas sans arrière-pensées, car ils pouvaient ainsi creuser de profonds tunnels souterrains en direction du « supposé » Saint des Saints.

Ces chevaliers portaient toujours des braies en peau de mouton sous leurs vêtements en signe de chasteté et s'interdisaient de tailler leur barbe. Ils ne devaient rien posséder, mis à part leur épée, et mettaient toutes leurs propriétés en commun. 

Ils ne devaient jamais demander clémence à leur adversaire et ne pouvaient battre en retraite que s'ils étaient à trois contre un et, même dans ce cas, ils devaient toujours finir par se battre jusqu'à la mort.

Après le Concile de Troyes du 14 janvier 1128, saint Bernard de Clairvaux, le fondateur de l'ordre des Cisterciens et l'homme d'Église le plus influent de son époque, rédigea « l'Ordre », le règlement des Templiers, qui en fit officiellement un ordre religieux en 1129.

Hugues de Payns mourut en 1136, mais les circonstances de sa mort restent inconnues. Un obituaire de la commanderie de Reims indique que les Templiers célébraient sa mémoire le 24 mai, peut-être s’agissait-il de la date précise de sa mort...

Après la seconde Croisade (1147 à 1149), Saladin, devenu gouverneur d’Égypte et de Syrie en 1175, écrasa les armées chrétiennes à Hattin et reprit Jérusalem le 2 octobre 1187. 

Lors de la 3e Croisade (1189 à 1192), Richard cœur de Lion et Philippe Auguste prirent Saint-Jean d’Âcre le 10 juin 1191. Richard Cœur de Lion défit ensuite les troupes de Saladin à Jaffa en août 1192 et signa une trêve avec lui.

Lors de la 4e Croisade (1202 à 1204) le doge de Venise demanda aux Croisés de l’aider à reprendre Zara. Mais après sa reprise et son pillage, le pape excommunia les Vénitiens.

Le 17 juillet 1203 les Croisés prirent Byzance, Isaac II récupéra son trône et son fils Alexis Ange fût couronné Basileus associé à Sainte-Sophie le 1er août.

Lors de la 5e Croisade (1217 à 1221), lancée à l’appel du pape Innocent III de 1213, les croisés furent défaits à Mansourah et évacués de Damiette en septembre 1221. 

Le 29 septembre 1227 Frédéric II fut alors excommunié pour non respect de ses promesses de croisades.

Cependant, lors de la 6e Croisade (1229 à 1229), Frédéric II récupéra Jérusalem, Bethléem et Nazareth et reçut le 17 mars 1229 la couronne du royaume de Jérusalem.

En 1244, les armées musulmanes du Sultan d’Égypte s’emparèrent à nouveau de Jérusalem et les armées francs et de Damas furent défaites à La Forbie.

En juin 1245, le concile de Lyon prêcha alors pour une 7e croisade (1248 à 1254).

Le 28 août 1248, Saint Louis (Louis IX) quitta Aigues-Mortes pour Chypre et débarqua le 5 juin 1249 avec son armée à Damiette.

Le 6 avril 1250, Saint-Louis se fit capturer par les Mamelouks, puis fut libéré le 2 mai contre une rançon et rejoignit Saint-Jean d’Âcre le 6 mai, avec les survivants de son armée.

En 1260 le sultan Baïbar s’empara de la Syrie et le pape Urbain IV appela alors à une 8eme et dernière croisade.

Saint-Louis trouva la mort à Tunis le 25 août 1270 et son fils Philippe III le Hardi lui succéda.

Le 12 mai 1291, les Mamelouks s’emparèrent de Saint-Jean-d’Âcre et mirent ainsi un terme à l’Empire latin en Terre Sainte.

Les Hospitaliers trouvèrent alors refuge sur l’île de Rhodes qu’ils prirent en 1310.

Lors de ces croisades, de nombreux nobles se joignirent alors à l'Ordre des Templiers et, au fil des ans, leurs commanderies se développèrent dans toute l’Europe.

Comme ces chevaliers devaient mettre tous leurs biens en commun, l’Ordre devint immensément riche et prospère.

Les Templiers inventèrent alors les lettres de crédit, qui permettaient de déposer son argent dans une commanderie de l’Ordre et de le retirer dans une autre, sans courir le risque d'être volé, et le temple de Paris devint le centre des finances françaises. 

Les Templiers devinrent ainsi, en quelque sorte, les ancêtres des banquiers et jouèrent un rôle très important dans le développement des classes commerçantes en Europe.

Ils patronnaient également les premières corporations de commerçants et de « compagnons du Devoir », qui étaient responsables de leurs projets de construction et devaient maintenir un code éthique dans les affaires et protéger les veuves et les enfants de l’Ordre. 

Mais cela eut aussi un effet pervers car les templiers les encouragèrent, d’une certaine façon, à s’émanciper de l’emprise de l'Église et de la noblesse.

Les cérémonies d'initiation des Templiers étaient au croisement de plusieurs traditions, dont le soufisme et la sagesse de Salomon. 

Ils tuaient un agneau et, avec des parties de son corps, faisaient une corde qu'ils accrochaient ensuite au cou du candidat qui était ainsi emmené dans la salle d'initiation. 

On lui faisait jurer, sous peine de mort, que ses intentions étaient totalement pures et il était soumis à des épreuves terrifiantes, proches de celles que traversaient autrefois les adeptes de Zarathoustra, comme la confrontation avec d'épouvantables forces démoniaques.

Comme dans les anciennes écoles du Mystère, Il devait être prêt à affronter la mort ou toute autre situation qu'il risquait de rencontrer après la mort.

Le Baphomet est une figure constituée de plusieurs symboles synthétisant l'enseignement secret des écoles du mystère.

Sa forme est associée à la Chèvre Androgyne de Mendès et représente le Dieu Créateur.

Le nom « Baphomet » doit s'écrire cabalistiquement en sens inverse.

Il se compose de trois abréviations : « Tem », « OHP » et « Ab » signifiant « Templi Omnium Hominum Pacis Abbas », c'est-à-dire :

« Le Père du Temple de paix de tous les hommes. »

A la fin du XIIIe siècle, après 8 Croisades, la Terre Sainte avait été perdue et les Templiers rêvaient d’établir leur propre état autonome dans le Languedoc.

Pour le Roi de France Philippe IV le Bel, les templiers représentaient une menace car il n’avait aucun contrôle sur eux, il leur devait de l’argent et les chevaliers du Temple ne se soumettaient à aucun souverain.

De plus,  il faut bien comprendre que l’Europe du Moyen Age reposait sur trois pierres angulaires : la religion judéo-chrétienne, une économie monétaire et commerciale basée sur l'autorisation de percevoir des intérêts (existant depuis l'Ancien Testament), et sur le principe du pouvoir absolutiste. 

Mais en devenant extrêmement puissants militairement et financièrement, les Templiers étaient à même de faire sauter ces trois pierres angulaires...

Comme nous le verrons plus loin, ils avaient la possibilité d'éliminer par la même occasion l'église judéo-chrétienne, d'ériger à sa place une communauté de foi digne de celle des premiers chrétiens et excluant tout ce qui se rattachait à l'Ancien Testament. 

Pour le roi de France, il en résulterait inexorablement un renversement du système économique et monétaire qui inclurait la défense de prélever des intérêts sur un prêt, la destitution des monarchies absolues et l'édification d'un ordre aristocrato-républicain.

Aussi, dans la nuit du 12 octobre 1307, Philippe IV le Bel envoya des instructions secrètes à tous les sénéchaux du royaume et au matin du 13 octobre, toutes les commanderies furent attaquées par surprise et plus de 15 000 Templiers furent arrêtés. 

Au Temple de Paris, le plus grand centre financier de France, ils trouvèrent une chambre secrète qui contenait un crâne, deux fémurs et un linceul blanc.

Ces ossement, toujours présents dans les loges maçonniques actuelles, ou d’autres,  indiquaient seulement qu’y était pratiquée une initiation secrète…

Officiellement, le Vatican sur l'ordre de Philippe IV, accusa les Templiers de ne pas avoir réussi à sauver la Terre sainte…  

L’Inquisition les accusa de renier le Christ, de piétiner la croix, de forcer les novices à cracher dessus, d’idolâtrer un démon à tête de chèvre nommé « Baphomet », de sodomie  et de pratiques sataniques en tout genre.... 

Le 22 mars 1313, le pape Clément V prononça la bulle « Vox in excelso » qui ordonnait l’abolition définitive de l’Ordre et tous leurs biens furent saisis par la monarchie. 

En France, les Templiers furent torturés pour avouer leur « hérésie » et finirent pour la plupart d’entre eux sur le bûcher, tout comme Jacques de Molay, le 23e et dernier grand maître de l'Ordre, qui fut brûlé le 18 mars 1314, sur l'Île de la Cité à Paris.

Selon le témoignage du chroniqueur Geoffroy de Paris, Jacques de Molay est mort dignement :

 « Le maître, qui vit le feu prêt, s'est dépouillé immédiatement, et se mit tout nu en sa chemise... Il ne trembla à aucun moment, bien qu'on le tira et bouscula. Ils l'ont pris pour le lier au poteau, et lui, souriant et joyeux, se laissa faire.

Ils lui attachèrent les mains, mais il leur dit : "Dieu sait qui a tort et a péché, et le malheur s'abattra bientôt sur ceux qui nous condamnent à tort. Dieu vengera notre mort. Seigneur, sachez que, en vérité, tous ceux qui nous sont contraires par nous auront à souffrir". »

Faits étranges, le pape Clément V mourut le 20 avril 1314 et le roi Philippe le Bel, le 29 novembre 1314, à l'âge de 47 ans...

Malgré cette extermination en règle, quelques Templiers arrivèrent cependant à s'enfuirent et allèrent chercher protection dans des régions plus sûres comme le Portugal, l'Angleterre et l'Ecosse où la puissance du Vatican se faisait moins sentir. 

En Ecosse, ils vécurent alors sous la protection du rebelle Robert de Bruce et une partie d’entre eux s'adjoignit aux loges franc-maçonniques déjà existantes. Sous cette nouvelle identité, ils participèrent ensuite à la Réforme protestante pour se venger des poursuites de l'Eglise catholique … 

D'une certaine façon, l'Eglise catholique paya pour ses crimes, et ce n’est que justice...

Non nobis Domine, non nobis,

sed Nomini Tuo da Gloriam.

Non pour nous Seigneur, non pour nous,

mais en votre nom et pour votre gloire.

Que découvrirent exactement les Templiers en Terre Sainte ?

Pour être tout à fait francs, l'histoire des Templiers en Terre Sainte serait passée tout à fait inaperçue parmi les croisés, s'ils n'avaient fait, dans les ruines du Temple de Salomon, une découverte remarquable, dont ils ne surent trop que faire au début...

Il s'agissait de lambeaux de fragments d'écrits hébraïques dont le contenu deviendra vite d'une importance capitale dans l'histoire de leur Ordre.

Ces fragments furent remis à l'érudit Etienne Harding qui en fit la traduction :

C’étaient des rapports d'eschaimins juifs (espions) qui, mandatés par le clergé, relataient les agissements du "maudit Mamzer (fils de putain) Jésus" et "ses blasphèmes contre le Dieu d'Israël".

Ce qu'on pouvait y lire était en complète contradiction avec l'enseignement prêché par le Christianisme. Jésus-Christ avait semble-t-il traité le dieu hébraïque « YAHVE » du nom de Satan et reproché aux Juifs d'avoir fait du diable leur Dieu unique. 

Des traces de ces écrits se trouvent encore aujourd'hui dans l'Evangile de saint Jean (Nouveau Testament - Jean 8,44) quand Jésus dit aux Juifs :

"Vous avez pour Père le diable".

Le Dieu que l'Eglise désignait comme "Père du Christ" était, selon les dires mêmes de Jésus, le diable qu'il était venu combattre sur Terre. 

Nous vous rappelons que les Juifs n'appelaient jamais Dieu du nom de « Père » mais du nom de « YAHVE » ou « EL SCHADDAI ».

« El Schaddai » était lu Scheitan, c’est à dire « l'ange déchu » ; venant de « Schaddeim » ou la déchéance et « EL » ou grand ange.

EL a souvent été traduit, par erreur, comme le nom de Dieu, mais nous vous rappelons que dans la vieille langue orientale Dieu s’appelait « IL ».

Bernard de Clairvaux, qui fut jusqu'à un certain degré, le protecteur de l’Ordre, leur fit alors comprendre qu'il serait sage de ne pas exprimer ouvertement ce qu'ils pensaient sur le véritable enseignement du Christ...

Il leur recommanda de se consacrer uniquement à leurs missions militaires en Terre Sainte et l’existence de ces fragments ne survécut bientôt plus que dans le souvenir de quelques frères provençaux.

Cependant, lors d'une attaque contre Damas, quelques lettres attribuées à Ali Ibn Abu Thalib (Imam Ali) tombèrent dans les mains d'une section de Templiers. 

Un des documents fut transféré par la suite dans une commanderie provençale de l’Ordre et au vu de ce qu’il contenait, les Templiers refusèrent de prendre part à la Croisade des Albigeois, organisée contre les Cathares de 1209 à 1244.

Il s'agissait d'un fragment de l'évangile originel de saint Jean, écrit en l'an 94 après J.-C. par l'hérétique Marcion. Une lettre y était jointe donnant un court aperçu de la vie de Marcion. 

Marcion fut l'instigateur d'un important mouvement, purement christique, de 90 à 130 après J.-C., qui ne s'effondra qu'après sa mort...

Marcion qui avait rencontré I'Apôtre Jean enseignait que Jésus-Christ avait été, en fait, l'incarnation de Dieu, que « Dieu le Père » appelé aussi « Yahvé » n'existait pas et qu’il était seulement Satan en personne. 

Il enseignait aussi que Jésus avait annoncé aux hommes qu'ils étaient des Dieux. Cela dépendait seulement de la bonne volonté de chacun et ne nécessitait aucun temple ni aucune organisation ecclésiale.

A partir du moment où ce document fut connu, un nouvel Ordre se développa dans l’Ordre Templier, une véritable communauté de néo-marcionistes, formée essentiellement de provençaux et d’Allemands. 

Les croisés portaient, à l'origine, une croix rouge toute simple sur leurs manteaux blancs. Ce n'est que sous l'influence souterraine des adeptes de Marcion que la "croix marcioniste", la croix aux épines, devint le symbole des Templiers...

Au début du christianisme, la croix aux épines avait été l'insigne des adeptes de Marcion : c'était la "croix hétarique", signe de la chrétienté pure.

On dit d’ailleurs que Jean l'Evangéliste aurait confectionné lui-même une croix aux épines pour la mère de Jésus...

La croix de chevaliers des Templiers devint alors le symbole du marcionisme pour l'initié et plus tard la croix double aux épines, celle des Templiers occultistes.

C’est à la même période que naquit aussi l'appel au combat des Templiers qui proclamait :

"Vive Dieu Saint-Amour !"

Avec cet appel, ils s'adressaient exclusivement au Christ et rejetèrent alors, comme les Cathares, le Dieu-vengeur de l'Ancien Testament...

A cette époque, la société médiévale n’était pas encore prête à une telle révolution religieuse et les Templiers préférèrent attendre que surgissent d'autres documents, sur le début du christianisme, qui seraient autant de preuves irréfutables.

De tels documents allaient bientôt apparaître … 

En 1236, deux Templiers découvrirent une très vieille cachette des adeptes de Marcion dans ce qui restait des ruines du vieux Carthage.

Ils ne tombèrent pas dessus par hasard mais en suivant les traces de Marcion qui y avait longtemps séjourné.

Ils y trouvèrent non seulement des fragments d'écrits évangéliques originaux de Jean et de Matthieu, mais aussi un vieil écrit carthaginois comprenant un Credo et un texte sur la création du monde, accompagné d'une traduction grecque qu'on doit probablement à Marcion.

Dans cet écrit, le "ilu aschera", ils reconnurent les vrais fondements de l'enseignement de Jésus-Christ.

De plus, ces deux Templiers eurent une vision, une apparition féminine qui leur transmit un message, connu sous le nom de "révélation des Templiers", qui promettait la venue d'un royaume lumineux "au pays de minuit" (l'Allemagne) et que les plus dévoués parmi les Templiers seraient élus pour lui ouvrir la voie. 

C'est à la suite de cette vision que fut créé le "Tempelhof" à Berlin, future capitale du Nord de la "Nouvelle Babylone", revendiquée au XXe siècle par l’occultiste Adolph Hitler...

(voir nos vidéos « L’Ordre mystique de Thulé » et « La société occulte VRIL »)

Qu’advint-il du gigantesque trésor des Templiers lorsque l’Ordre fut officiellement supprimé en 1313 ?

Pour trouver la réponse à cette question, dirigeons-nous maintenant vers un petit hameau de l’Aude...  C'est l'un des lieux les plus mystérieux de France et qui attire, depuis plus d'un demi-siècle, des millions de curieux…

Le prêtre français Bérenger Saunière naquit à Montazels, le 11 avril 1852. 

En 1885, à l’âge de 33 ans il fut nommé abbé du minuscule hameau de Rennes-le-Château.

En 1891, après cinq années de pénurie, son église tombait en ruine, aussi il emprunta une petite somme d’argent aux fonds du village et entreprit des réparations.

La pierre de l’autel se fissurait et, quand Saunière la fit retirer il s’aperçut que l’un des deux piliers qui la soutenaient était creux. A l’intérieur se trouvaient des parchemins.

Au premier abord, ces écrits semblaient anodins, il s’agissait de textes latins des évangiles, mais qui dissimulaient en réalité un message secret...

Certaines lettres étaient surélevées par rapport au texte et formaient un message en français :

« à Dagobert II Roi et à Sion est ce trésor et il est la mort. »

En 70 après J.-C, le trésor du temple Salomon fut dérobé à Jérusalem par les légions romaines de l’empereur Titus et ramené à Rome, mais trois siècles et demi plus tard, Rome fut pillée à son tour par les Wisigoths.

Le butin du temple fut alors transféré dans la forteresse Wisigoth de Carcassonne où il resta plus d’un siècle avant de s’évanouir dans la nature…

A 40 km au sud de Carcassonne existait un autre bastion Wisigoth qui avait pour nom « Aereda » ; c’était une puissante ville fortifiée de 40 000 habitants, dont il ne reste plus aujourd’hui que le minuscule hameau de Rennes-le-Château.

Le Dagobert II du message secret de Saunière, faisait référence au roi mérovingien Dagobert II (652 à 679), qui épousa Gisèle, fille du comte de Razès Béra II, et nièce d’un empereur Wisigoth.

Après son Assassinat en 679, son jeune fils Sigebert fut emmené dans la famille de sa mère Gisèle, à Aereda (Rennes-le-Château).

Fait curieux, au court des vingt cinq dernières années de sa vie, l’abbé Saunière dépensa de l’argent comme si ses ressources étaient illimitées, mais en 1917 lorsqu’il mourut, il emporta le secret de son incroyable fortune dans sa tombe…

Il est tentant de penser que Saunière a trouvé un immense « trésor » à Rennes-le-Château, car il fit construire son élégante villa Bethania, élever la majestueuse tour Magdala en hommage à sainte Marie Madeleine pour y loger sa bibliothèque et restaura entièrement sa petite église.  

Dans la Bible, Marie Madeleine est la prostituée repentie qui lava les pieds du Christ dans la maison de Lazare en Béthanie.

Mais dans l’histoire secrète, Marie Madeleine était aussi la compagne du Christ...

A l’entrée de sa petite église, le visiteur est accueilli par une statue du démon Asmodée, gardien légendaire du trésor de Salomon, « Rex mundi » ou roi et seigneur de la terre.

Fait curieux, Saunière tenta d’effacer l’inscription gravée sur la pierre tombale de la noble Marie de Nègre d'Able, marquise et Dame de Blanchefort, qui mourut à Rennes-le-Château le 17 janvier 1781.

Il faut savoir que la Dame de Blanchefort était la dernière descendante de Bertrand de Blanchefort, 4eme grand maître des Chevaliers du Temple (de 1156 à 1169). 

Autour de Rennes-le-Château, Bertrand de Blanchefort fit construire à son époque une tour de guet sur la crête Blanchefort de l’autre coté de la vallée et une commanderie sur le pic de Bezu...

Au matin du 13 octobre 1307, lorsque toutes les commanderies templières furent attaquées par les sénéchaux de Philippe le Bel, une seule en échappa, celle de Bezu.

Comme par hasard, les Templiers de Bezu avaient été prévenus de l’attaque par le seigneur de Got et s’enfuirent…

Il est intéressant de noter à ce sujet que le Pape Clément V, né Bertrand de Got et qui proclama la bulle « Vox in excelso » contre les Templiers, avait pour mère Ida de Blanchefort, une ancêtre de la Dame Blanchefort de  Rennes-le-Château.

Au XIIIe siècle, il vivait dans le Languedoc une importante communauté Cathare...

Leur doctrine centrale était proche de celle des gnostiques et disait que l’homme devait se séparer du monde malfaisant et rester pur.

Tout comme les Templiers, ils renoncèrent aux possessions matérielles et firent strict vœu de chasteté.

Ils enseignaient que l’univers physique avait été créé par le dieu du mal « Rex mundi », le seigneur de la terre, le même dont la statue orne l’entrée de l’église de Saunière. 

Les cathares n'avaient pas d'église et ils rejetaient le système du sacrement qui faisait de l'Église le seul intermédiaire entre Dieu et les hommes. 

Ils disaient :

« Nous tenons à la virginité plus qu'à toute autre chose »

ou encore  

« Nous ne couchons pas avec nos femmes, mais les aimons comme des sœurs. Nous ne mangeons pas de viande. Tous nos biens sont en commun… »

 Ils n'avaient qu'une seule prière, la prière de Dieu, et leur rituel initiatique, le « consolamentum », consistait à dire au revoir au monde malfaisant.

En Janvier 1208, le légat du pape, Pierre de Castelnau fut assassiné par un écuyer du comte de Toulouse.

Le pape ordonna alors une croisade contre les Albigeois sous la conduite de Simon de Monfort. En 1209, les armées catholiques prirent les villes de Béziers et de Carcassonne.

À Béziers, un des soldats avait demandé au légat papal, Arnaud Amaury, comment ils allaient faire pour distinguer les cathares des autres. Ce dernier répondit alors par une phrase, qui restera célèbre :

« Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. »

Cette phrase sera alors appliquée à la lettre, les habitants de Béziers refusèrent de livrer cinq cents cathares et se firent massacrer par milliers…

Les armées catholiques s'arrêtèrent ensuite dans la ville de Bram et y prirent cent otages.

Ils leur coupèrent le nez et la lèvre supérieure, puis les aveuglèrent tous, sauf un, qui conduisit la procession vers le château. A Minerve, une armée entière de prisonniers furent brûlés vifs, etc... 

En 1212, les armées catholiques vainquirent le comte de Toulouse à Castelnaudary, puis le roi d’Aragon,  lors de la bataille du Muret en 1213.

En 1217 Simon de Monfort fut proclamé comte de Toulouse et mourut le 25 juin 1218, lors du second siège de sa ville.

Le 12 avril 1229, le Traité de Paris rattacha Beaucaire, Nîmes et Carcassonne au royaume de France, mais en 1233, le  pape Grégoire IX  soumit tout de même Toulouse et le Languedoc à l’Inquisition...

Le 21 juillet 1242, Henri III vainquit les Poitevins à Taillebourg et à Saintes. Ces victoires aboutirent au Traité de Lorris, signé en janvier 1243 entre Louis IX et Raymond VII, comte de Toulouse.

Le 20  mars 1244, les derniers hérétiques, qui avaient survécu à un siège de neuf mois dans la forteresse de Montségur, se rendirent.

Deux cents moines cathares descendirent alors de la montagne et marchèrent vers le bûcher qui les attendait...

Les armées catholiques avaient finalement réussi à éradiquer l’hérésie cathare au cœur du Languedoc, cependant une légende raconte que la veille de la reddition, trois moines avaient réussi à s'échapper du château, emmenant avec eux un mystérieux trésor...

Quelle était la nature de ce précieux trésor ?

Nous vous rappelons, comme nous l’avons vu dans notre précédente vidéo (Ouroboros 14), qu’à partir de 1071, le Saint Graal fut caché dans le monastère de San Juan de la Peña.

D’après le document "Vida de S. Laurenzo" écrit par D. Carreras Ramirez, le chanoine de Saragosse, il y resta au moins jusqu’en 1134.

Le 26 septembre 1399, le Saint calice fut placé dans la chapelle du Palais Royal de l’Aljafería à Saragosse.

Entre 1134 et 1399, il demeure un grand flou car la trace du Saint Graal se perdit à nouveau dans les Pyrénées du Sud...

Nous vous laissons en tirer vos propres conclusions ! 

Mais revenons à Rennes-le-Château…

Dans l’église de Saunière, on peut voir au-dessus de la statue d’Asmodée (« Rex Mundi » ou symbole de la Terre), un petit bénitier (symbole de l’Eau) surmonté de deux petites salamandres (esprits élémentaires du feu ou symbole du Feu).

Enfin, surmontant le tout, trônent quatre anges, créatures de l’esprit pur et symbolisant l’Air, et par la même occasion les quatre éléments. 

En réalité Saunière avait placé dans son église la statue d’Asmodée dans un but bien précis. Au bas d’un des parchemins qu’il avait trouvés, il y avait un étrange signe qui retourné donnait le mot « Sion ».

Sur ce parchemin il y avait aussi huit lettres minuscules dispersées tout au long du texte et qui assemblées, formaient les mots « Rex Mundi », le diable ou Seigneur de la Terre.

Ce document contenait aussi 3 petites croix et un petit triangle qui reliés entre eux formaient un pentagramme (étoile à 5 branches). 

Au moyen âge, les adeptes des sciences occultes (astrologues, alchimistes, initiés etc…) voyaient en Marie Madeleine le médium d’une révélation secrète. 

Ce fut la première à annoncer la résurrection du Christ et les occultistes lui attribuèrent le symbole de la planète Vénus, car c’est la seule planète dont la trajectoire dans le ciel forme une figure géométrique parfaite, un pentacle (étoile à 5 branches).

La légende veut que Marie Madeleine ait fui la Terre Sainte après la crucifixion, emportant avec elle le Saint Graal et l’aurait emmené en France.

(voir nos vidéos Ouroboros 12, 13 et 14)

Dans le parchemin de Saunière, on remarque aussi que les mots sont régulièrement entrecoupés par 140 mots rapportés, qui forment un code incroyablement complexe :

« Bergère pas de tentation que Poussin Téniers gardent la clef pax DCLXXXI par la croix et ce cheval de Dieu j'achève ce daemon de gardien à midi pommes bleues ».

Poussin et Teniers sont en réalité deux grands peintres du XVIIe siècle. Dans le tableau de Poussin, « les Bergers d’Arcadie », la bergère accompagnée de 3 bergers, contemple un tombeau dans un paisible décor d’Arcadie. 

Ils y lisent l’inscription suivante :

« Et in Arcadia ego »

qui signifie :

« Même en Arcadie, moi la mort suis présente ».

La même qui était inscrite en grec sur la pierre tombale de la Dame de Blanchefort et que Saunière tenta d’effacer.

Il est intéressant de noter qu’à côté de Rennes-le-Château se trouvait autrefois une tombe identique au tombeau du tableau de Poussin, elle fut malheureusement détruite en 1988.

De plus, le paysage visible à partir de cette tombe était exactement le même que celui peint par Poussin. On y voit encore aujourd’hui, très clairement, le flanc de la montagne de Cardou, la crête de Blanchefort et Rennes-le-Château.

Mais le tableau de Poussin représente aussi un pentagramme (étoile à 5 branches) dont le centre est l’œil de la bergère, d’où tout semble rayonner…

En avril 1656, Poussin reçut la visite d’un prêtre français, l’abbé Louis Fouquet, frère de Nicolas Fouquet, lui-même surintendant des finances à la cour de Louis XIV.

A la suite de cette visite, l’abbé Fouquet écrira une lettre à son frère Nicolas, disant :

« Monsieur Poussin et moi-même avons discuté de certaines choses qui vous procureront des avantages que même les rois auraient du mal à obtenir de lui, et que personne d’autre ne découvrira peut-être jamais dans les siècles à venir ».

Nicolas Fouquet, richissime et au sommet de sa gloire, accusé de « lèse-majesté » par Louis XIV fut alors arrêté et passa ses dernières années en prison.

Louis XIV acquit ensuite le précieux tableau de Poussin « Les Bergers d’Arcadie », le mit sous clé dans son petit appartement et éplucha en vain les notes et lettres laissées par Fouquet.  

Quel mystérieux secret voulait cacher Poussin dans son tableau ?

La fin d’un des parchemins de Saunière évoquait Jésus parcourant les champs de blé avec ses disciples. Ce passage finissait par deux mots « Solis sacerdotibus » et au-dessus deux autres mots, non écrits en latin, sautaient aux yeux : « Redis blés ».

Si le mot « Blés » désigne les céréales, c’était également un terme d’argot qui signifiait « argent » et donc « or » ou « trésor ».

De plus, il faut savoir que « Redis », tout comme « Aereda », était une ancienne forme du nom de Rennes-le-Château.

En définitif « Redis blés Solis Sacerdotibus » signifiait : « Le blé de Redis est réservé au clergé », ou encore « Le trésor de Rennes-le-Château est réservé aux seuls initiés (solis sacerdotibus) ».

Qui étaient ces mystérieux initiés ?

Au bas des parchemins de Saunière apparaissaient toujours deux initiales « PS », les même initiales qui apparaissaient aussi sur la pierre tombale de la Dame de Blanchefort.

Dans le Jardin de son église, Saunière a fait construire un calvaire sur le devant duquel on peut encore y lire « Christus vincit » ou « le Christ conquiert ».

Sur les côtés « Christus imperat » ou « Le Christ gouverne » et « Christus regnat » ou « le Christ règne ».

Mais au dos du Calvaire, il y a une inscription étrange : « Christus A.O.M.P.S. defendit » ou « Le Christ défend A.O.M.P.S. ».

Chez les ésotéristes, les lettres A.O.M. sont les initiales de « Antiquus Ordo Mysticus » ou « Ordre Ancien et Mystique ».

Les lettres « P.S. » sont quand à elles, en réalité, l’abréviation de « Prioratus Sionis » ou « Prieuré de Sion » (Ordre de la Rose+Croix véritas), qui fut fondé par Godefroy de Bouillon en 1099 et dont les grands maîtres étaient : 

 - Hugues de Payns (1118-1131) 1er grand maître de l'Ordre du Temple et du Prieuré de Sion

- Robert de Bourgogne (1131-1150)

- Bernard de Tremlay (1150-1153) 

- Bertrand de Blanchefort (1153-1170)  4eme grand maître de l'Ordre du Temple

- Janfeders Fulcherine (1170-1171) 

- François Othon de Saint-Amant (1171-1179)

- Théodore de Glaise (1179-1184)

- Gérard de Riderfort (1184-1190)  Scission de l'Ordre du Temple et du Prieuré de Sion en 1188 

- Jean de Gisors ou Jean 1er (1180-1220) 

- Marie de Saint-Clair ou Jeanne 1ère (1220-1266)

- Guillaume de Gisors ou Jean II (1266-1307)

- Edouard de Bar ou Jean III (1307-1336) 

- Jeanne de Bar ou Jeanne II (1336-1351) abdication

- Jean de Saint-Clair ou Jean IV (1351-1366)

- Blanche d'Evreux ou Jeanne III (1366-1398)

- Nicolas Flamel ou Jean V (1398-1418)

- René d'Anjou ou Jean VI (1418-1480)

- Yolande de Bar ou Jeanne IV (1480-1483) 

- Sandro Filipepi (Botticelli) ou Jean VII (1483-1510)

- Leonardo da Vinci ou Jean VIII (1510-1519)

- Connétable de Bourbon ou Jean IX (1519-1527)

- Ferdinand de Gonzague ou Jean X (1527-1575) déstitué 

- Michel de Nostre-Dame dit Nostradamus ou Jean XI (1556-1566)

- Charles de Guise, Nicolas Froumenteau et le duc de Longueville (1566 à 1575)

- Louis de Nevers ou Jean XII (1575-1595) 

- Robert Fludd ou Jean XIII (1595-1637)

- J. Valentin Andrea ou Jean XIV (1637-1654)

- Robert Boyle ou Jean XV (1654-1691)

- Isaac Newton ou Jean XVI (1691-1727)

- Charles Radclyffe ou Jean XVI (1727-1746) 

- Charles de Lorraine ou Jean XVIII (1746-1780)

- Maximillien de Lorraine ou Jean XIX (1780-1801) 

- Charles Nodier ou Jean XX (1801-1844) 

- Victor Hugo ou Jean XXI  (1844-1885)

- Claude Debussy ou Jean XXII (1885- 1918)

- Jean Cocteau ou Jean XXIII  (1918-1963).

Durant la seconde guerre mondiale, l’église de notre Dame de France à Londres fut bombardée ; lorsqu’on la reconstruisit, de célèbres artistes français furent invités à la redécorer.

Jean Cocteau y peignit une fresque, cependant la crucifixion de Cocteau est mystérieuse, on n'y voit que les pieds du Christ et il a peint en bas de la croix, le symbole de la Rose+Croix Veritas. 

Au bas de la fresque on voit son autoportrait entouré par des soldats romains dont les lances forment un pentagramme autour de lui, comme sur le tableau de Poussin.

Cette forme géométrique récurrente évoque en réalité l’école du Mystère de Pythagore, qui se développa au VIe siècle avant J.-C. Pour ses disciples, l’étoile à cinq branches représentait l’éternité et la vie.

Le pentagone pythagoricien employé par Poussin et Cocteau est représenté aussi sur un des parchemins de Saunière, dédié à Marie Madeleine qui ramena le Saint Graal en France.  

Nous ne vous surprendrons sans doute plus maintenant en vous apprenant que la dynastie des rois mérovingiens est issue de la descendance du Christ et de Marie Madeleine. Cette dynastie prit fin avec Dagobert II...

Le mystérieux message secret découvert par Saunière sur les parchemins, « à Dagobert II Roi et à Sion est ce trésor et il est la mort », signifiait donc en réalité que le trésor du roi Salomon appartenait aux mérovingiens et au Prieuré de Sion.

Dans l’église de Saunière on peut voir un bas relief représentant un chevalier portant secours au jeune Sigebert, fils de Dagobert II, qui selon la légende fonda par la suite une famille à Rennes-le-Château.

A une certaine période, le Saint Graal fit partie du trésor des Cathares (voir notre vidéo Ouroboros 14), or les Templiers étaient aussi appelés « Gardiens du Saint Graal » ou encore « Famille du Graal »...

Outre le calice physique présenté dans notre précédente vidéo, le mot « Saint Graal » signifiait aussi « Sang Real » ou « Sang Royal », la lignée royale de Jésus-Christ.

Il est temps aujourd’hui de révéler un très grand secret…

Le  prieuré de Sion fondé par Godefroy de Bouillon en 1099 et dont Bertrand de Blanchefort fut le 4e Grand Maître, à ne pas confondre avec celui auquel se référeraient les illuminés de Bavière, était la véritable « famille du Graal », constituée par les descendants directs du Christ et de Marie Madeleine. 

Comme nous l’avons déjà vu, en 1119, Hugues de Payns, 1er grand maître du Prieuré de Sion fonda la « militia Christi », la milice des Pauvres Chevaliers du Christ qui avait pour but de protéger les pèlerins arrivant en Terre Sainte. 

Cependant, en Europe, la « militia Christi » avait aussi un but secret encore plus sacré, celui de protéger et de soutenir la lignée du fils de Dagobert II, descendant de Jésus-Christ. 

De ce fait, vous comprendrez aisément maintenant pourquoi les mérovingiens étaient reconnus automatiquement « rois » par l’église du fait du droit du sang ; non grâce à l’onction de l’église, mais par le droit divin…

Outre le fait d’être l’incarnation du « Verbe », Jésus était aussi en réalité issu d’une lignée royale, celle de David et c’est pour cette raison que les Rois Mages voyaient en lui le « Roi des Juifs » et qu’il fut crucifié avec ce même titre accroché à sa croix :

« INRI » ou « Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm »

signifiant  

« Jésus le Nazaréen, roi des Juifs ». 

Parmi les premières formes du Christianisme, certaines comme l’Arianisme considéraient Jésus comme un homme, non comme un dieu...

De plus, les Wisigoths auquel Dagobert était apparenté via son mariage avec Gisèle, la nièce de leur empereur, étaient des Ariens.

Pourquoi la famille de Jésus a-t-elle fuit en France ?

Au temps de Marie Madeleine, il existait dans les Pyrénées, entre Toulouse et Barcelone, une communauté juive autonome et solidement établie, avec sa propre maison royale.

Outre le rapport sacré qu’il existe entre Rennes-le-Château, le trésor des Wisigoth (celui du temple de Salomon), le Prieuré de Sion, les Templiers, Marie Madeleine et la descendance du Christ, nous devons aussi vous informer qu’il existe un autre secret « Solis Sacerdotibus », réservé aux seuls initiés…

Marie Madeleine à qui Saunière a dédié son église constitue en réalité le médium de la révélation secrète de Rennes-le-Château. 

A côté de Rennes-le-Château se trouvent deux forteresses liées aux Templiers, Blanchefort et Bezu, chacune perchée au sommet d’une montagne.

Rennes-le-Château, Blanchefort et Bezu forment un triangle parfaitement isocèle. La distance séparant Rennes-le-Château de Bezu est la même que celle séparant Blanchefort de Bezu.

Les angles de ce triangle sont très significatifs : 36° à Bezu, 72° à Rennes-le-Château et 72° à Blanchefort.

En associant cinq triangles comme celui-ci on obtient une étoile à 5 branches, dont les sommets sont alors : Rennes-le-Château, Blanchefort, Bezu, Serre de Lauzet et La Soulane, qui correspondent aussi aux cimes de montagnes naturelles.

Cette configuration très rare et naturellement sacrée du site en fit un lieu Saint, le Saint des Saints. 

Cette perfection quasi divine a incité les « initiés » a enfermer dans ce lieu saint un temple invisible, dont la structure même s’imposait de part la disposition naturelle des montagnes.

Dans une étoile à 5 branches, les droites qui en constituent les branches se croisent dans une proportion harmonieuse qui correspond au « nombre d’or ».

Dans la configuration naturelle du site, la distance fixe entre une pointe de l’étoile à cinq branches et son angle opposé est exactement la même que celle qui sépare les églises de Rennes-le-Château et de Rennes-les-Bains. 

Mais c’est encore la même distance qui sépare les églises de Rennes-le-Château et de Campagne sur Aude, ou encore de Luc sur Aude et de Serres, d’Arc et de Peyrolles, d’Arc et de Terolles, de Terolles et de Saint Salvaire, d’Antugnac et de Roquetaillade, de Bouriège et de Croux, de Laval et de Saint- Just.

C’est toujours la même distance qui sépare l’église d’Esperaza de celles de Coustossa, de Granès, de Saint-Ferriol et Les Sauzils, qui sont placées sur un immense cercle dont Esperaza est le centre...

Le segment séparant Coustaussa de Granès permet, en se reportant sur ce cercle, de le séparer très précisément en 5 points formant un pentagramme dont le centre est Esperaza.

Le segment séparant Saint-Ferriol de Les Sauzils permet en se reportant sur ce cercle de le séparer très précisément en 6 points formant un hexagone, une étoile à 6 branches ou le mystique Sceau de Salomon. 

Cette étoile à 6 branches ayant Esperaza pour centre et le premier pentagramme formé par Rennes-le-Château, Blanchefort, Bezu, Serre de Lauzet et La Soulane ont une branche commune dont le centre est très précisément Rennes-le-Château.

Au niveau mondial, le triangle isocèle constitué par Rennes-le-Château, Blanchefort, Bezu est précisément le même que celui qui relie Rennes-le-Château, Jérusalem et Bornholm,  une île danoise de la mer Baltique, parsemée d’église rondes templières savamment disposées.

De plus, la distance séparant Rennes-le-Château de Bornholm fait exactement la moitié de celle séparant Rennes-le-Château de Jérusalem ou Jérusalem de Bornholm.

Nous n’en dirons pas plus à ce sujet, tout ne peut pas être révélé…

Cependant, nous pouvons enfin révéler aujourd’hui que Saunière ne trouva jamais de trésors à Rennes-le-Château, mais uniquement le grand secret de la descendance du Christ, un silence qu’il monnaya à prix d’or, à Paris, avec le Prieuré de Sion …

Le Saint Graal fait aujourd’hui partie du trésor de Salomon, gardé par Sion et le précieux calice, entreposé de nos jours à Valence, n’est qu’une reproduction.

Mais cette reproduction est de très belle facture, quasiment identique à l’original… Nous pouvons l'affirmer !

Nous ne pouvons finir cette vidéo, sans signaler un autre événement extraordinaire, qui eut lieu à cette époque et qui ne fut jamais rendu public…

Durant les premières années du XIIIe siècle naquit un enfant chétif. Peu après sa naissance, il fut emmené et élevé par douze sages qui vivaient dans un édifice qui avait appartenu aux Templiers, à Montsalvat, à la frontière entre la France et l'Espagne.

Le garçon était totalement isolé du monde et les gens de la région ne purent jamais le voir, mais il était animé par un esprit si fort et si brillant que son petit corps devenait transparent.

Les douze Sages l'initièrent aux alentours de 1254 et il mourut peu de temps après, ayant partagé sa vision spirituelle avec ceux qui l'avaient élevé. 

Ils l'avaient préparé pour sa prochaine réincarnation. Cet enfant allait changer la face de l'Europe…

 

A très bientôt,

PierrePhilo

Le Paganisme selon Yves Kodratoff
Prophéties de la Grande Pyramide

Articles en Relation

 

Commentaires 3

Invité - Jacques PM le vendredi 18 avril 2014 17:41

Bonjour AngeAdmin

En premier lieu, je vous remercie de relayer textuellement le contenu de ces vidéos. Elles sont très instructives et synthétiques.

Ayant découvert que la série comportait à ce jour 24 vidéos publiées, j'aurais voulu savoir si vous comptiez publier le texte des prochains épisodes. J'ose cette question, compte tenu de la date de publication de cet article traitant du 15ème volet (08/02/2014).

Très cordialement

Bonjour AngeAdmin En premier lieu, je vous remercie de relayer textuellement le contenu de ces vidéos. Elles sont très instructives et synthétiques. Ayant découvert que la série comportait à ce jour 24 vidéos publiées, j'aurais voulu savoir si vous comptiez publier le texte des prochains épisodes. J'ose cette question, compte tenu de la date de publication de cet article traitant du 15ème volet (08/02/2014). Très cordialement
AngeAdmin le dimanche 20 avril 2014 12:37

Beau jour Jacques PM.
Effectivement la suite arrive très bientôt, et j'ai eu la très belle surprise de voir que cette excellente série en a à présent 26 et non plus 24 comme dit au début. Le dernier opus vient de sortir sur youtube
Je renouvelle mes remerciements à l'équipe PierrePhilo pour cet éveil, et merci à vous Jacques pour un rappel toujours bienvenu.
Amicalement

Beau jour Jacques PM. Effectivement la suite arrive très bientôt, et j'ai eu la très belle surprise de voir que cette excellente série en a à présent 26 et non plus 24 comme dit au début. Le dernier opus vient de sortir sur youtube :D Je renouvelle mes remerciements à l'équipe PierrePhilo pour cet éveil, et merci à vous Jacques pour un rappel toujours bienvenu. Amicalement
Invité - Lordclanes le samedi 9 juin 2018 02:08

Je suis ouroboros dans signe hindou thula...

Je suis ouroboros dans signe hindou thula...
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha