• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

3 minutes de lecture (502 mots)

Octobre, dernier mois de la saison claire

Octobre, dernier mois de la saison claire

Octobre est le dernier mois de la « saison claire » des Celtes, juste avant la « saison sombre » débutant le premier novembre, avec la fête de Samain et la nuit d'Halloween. Il est temps de profiter des derniers beaux jours et des plaisirs que procurent la saison d'automne : les marrons chauds, le bon vin, le gibier. C'est en effet l'époque où l'on peut s'adonner aux joies de la chasse, en compagnie des elfes, ces chasseurs hors pair.

L'une des chasses les plus prisées, bien qu'interdite et sévèrement réprimée, est la chasse à la licorne. Elle est périlleuse car les licornes évitent la compagnie des humains. Les seuls êtres dignes de leurs faveurs sont les jeunes filles vierges, qui n'ont jamais péché, ni en actions ni en pensées. Les licornes viennent s'allonger à leurs pieds, en posant la tête sur leurs genoux. Cette coutume est mise à profit par les chasseurs de licornes, qui se servent d'une vierge comme appât. Lorsque l'animal fabuleux s'abandonne près de la belle, il leur suffit de sortir de leur cachette et de lier les pattes de l'animal. Mais attention : si la jeune fille n'est pas authentiquement vierge, ou si des pensées impures lui occupent l'esprit, la licorne la transperce de sa corne avant de prendre la fuite.

En l'absence de jeunes vierges, une autre méthode est parfois utilisée par les chasseurs : ils se placent devant un arbre et appellent la licorne. Celle-ci s'élance sur eux à toute vitesse pour les encorner. Il suffit de se déplacer rapidement sur le côté au dernier moment pour que la licorne vienne empaler sa longue corne dans le tronc de l'arbre.

Immobilisée, elle ne peut plus se défendre contre ses agresseurs. Il faut cependant noter que la plupart des chasseurs, mésestimant la vitesse de la licorne, finissent embrochés.

b2ap3_thumbnail_carte_sandrine_gestin_dame_a_la_licorne_-_cpj039.jpg

Octobre voit aussi paraître dans l'obscur des forêts des chasseurs noirs, qui sont presque toujours des incarnations du diable. La couleur noire s'applique plutôt à leur âme qu'à leur vêture, car ils portent généralement un costume de chasse écarlate (en accord avec les flammes de l'Enfer) ou vert (pour se fondre dans les forêts où ils rôdent). Ils sont en outre coiffés d'un chapeau à plumes et boitent bas. Leur regard étrange et leurs yeux de braise ont le pouvoir d'hypnotiser ceux qui se risquent à le fixer. Parfois ces chasseurs diaboliques se montrent seuls. Ils apparaissent alors aux voyageurs égarés et aux désespérés décidés à en finir avec la vie pour leur proposer argent, bonheur et pouvoir – généralement pour une période de sept ans – en échange de leur âme, qui sera damnée pour l'éternité. Le reste du temps, les chasseurs noirs conduisent les chasses sauvages et diaboliques qui galopent dans le ciel des nuits d'hiver. Ils peuvent également être suivis de leur meute de chiens. On reconnaît le caractère surnaturel de leur apparition au fait qu'elle survient toujours dans le plus grand silence, et l'on ne perçoit ni son de cor, ni galops des chevaux, ni abois des chiens.

Source : Edouard Brasey

Calendrier païen – Octobre
L'automne et les géants

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha