• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

2 minutes de lecture (401 mots)

Une forteresse souterraine pour un gigantesque centre de données

Une forteresse souterraine pour un gigantesque centre de données

Au plus profond d'une montagne gelée, des ingénieurs norvégiens espèrent créer une forteresse destinées au stockage et à la circulation de données.

Dans la mine désaffectée de Lefdal, proche de la commune de Maloy, cette forteresse serait refroidie par de l'eau de mer acheminée depuis le Nordfjord, à environ 370 kilomètres au Nord-Ouest d'Oslo, afin que la température ambiante reste à 8°C tout au long de l'année. La Norvège s'est taillée une réputation de leader mondial de l'énergie propre, et la petite bourgade de Maloy, avec une population de 3 000 habitants seulement, est devenue un centre de développement des technologies vertes. La localité est ainsi pionnière dans le domaine de l'énergie éolienne tant sur terre qu'en mer.

 b2ap3_thumbnail_centre-de-donnees.png

Mais le projet le plus ambitieux est la mine de Lefdal qui, promet LocalHost, l'entreprise à l'origine de sa conception, constituera le plus grand et le plus écologique des parcs de serveurs au monde. Jadis, on extrayait de l'olivine de la mine de Lefdal. Ce vaste site comporte cinq niveaux et s'étend sur quelques 120 000 mètres carrés. Ces différents niveaux sont reliés par une route pavée qui descend en spirale dans des tunnels de 13 mètres de largeur et de 9 mètres de hauteur. Un de ces cinq niveaux, indique Mats Andersson, le directeur commercial du projet, "pourrait à lui seul accueillir tous les serveurs de Norvège".

Le monde virtuel d'Internet a déjà une empreinte physique bien réelle. Derrière chaque recherche sur Google, mise à jour sur Facebook ou message sur Twitter, il existe une gigantesque infrastructure d'immenses parcs de serveurs qui, ensemble, émettent quelques 230 millions de tonnes de dioxyde de carbone par an, soit plus qu'un pays comme l'Argentine. La climatisation peut consommer jusqu'à la moitié de l'énergie dont ont besoin des géants numériques comme Google, Facebook, Twitter, Amazon, Apple, Microsoft et IBM pour faire fonctionner leurs gigantesques sites de serveurs, en constante expansion. L'une des solutions possibles consiste à déménager les installations vers un endroit déjà froid naturellement.

En outre, le voisinage de Lefdal offre en abondance de l'énergie renouvelable, produite par des barrages hydroélectriques et par des parcs éoliens. Il faut ajouter à cela un système de réfrigération exceptionnel, qui pompera de l'eau glacée à 200 mètres au-dessous du niveau de la mer. Le centre de données attend désormais l'arrivée de son premier locataire, peut-être IBM Norvège.

"Nous serons prêts avant l'été 2013"

prédit Mats Andersson.

Source

Pourquoi la Chine a fait construire des villes fan...
Une sombre affaire de trafic d'organes étouffée da...

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha