4 minutes de lecture (733 mots)

Lola ya Bonobo (Paradis)

Lola ya Bonobo (Paradis)

Claudine André, une Belge de 67 ans, se consacre avec passion à la protection des bonobos, une espèce de singes protégée et endémique à la République démocratique du Congo : elle récupère les rescapés de trafics illégaux ou les orphelins de parents tués par des braconniers !

Sortant du ministère de l'Environnement, où elle venue déposer une réquisition pour récupérer un jeune singe exhibé dans un bar, Maman Claudine, comme elle est surnommée affectueusement, est anxieuse. Il faut y aller demain, dit-elle, j'ai vu des photos, il n'a pas trois ans, mesure quelques dizaines de centimètres et a le nez qui coule, il va mourir. Pour que l'opération réussisse, mais aussi pour sa sécurité, elle n'ira pas elle-même récupérer l'animal : on a déjà crevé deux fois les pneus de sa voiture. Mais ces péripéties ne découragent pas cette femme toujours souriante.

Arrivée au Congo à l'âge de 4 ans, Claudine André est mariée à un commerçant et mère de 5 enfants. En 1993, avec l'aide de donateurs et de fondations de défense de la nature, dont la Fondation Brigitte Bardot, elle a créé Lola ya bonobo - le paradis des bonobos, en lingala. Ce sanctuaire de 35 hectares près de Kinshasa accueille les bonobos sauvés du trafic illégal. Un business lucratif : selon elle, un jeune bonobo acheté 50.000 francs congolais (55 dollars) peut être revendu 15.000 dollars sur internet.

Récupérés souvent anémiés et toujours stressés, les singes sont d'abord remis sur pied par une mère de substitution, dans les bras de laquelle ils passent la plus grande partie de la journée. Puis ils rejoignent le groupe, avant de pouvoir un jour vivre dans leur habitat naturel : une région de 275.000 kilomètres carrés au coeur de la RDC où ils sont isolés, encerclés par le fleuve Congo et les rivières Kasaï et Samburu. Près de 70 pensionnaires attendent de rejoindre les 15 qui sont déjà retournés dans la nature.

Estimée à 100.000 en 1980, la population des singes bonobos n'est plus que de 10 ou 20.000 en raison du braconnage pour la viande de brousse, regrette Claudine André. Elle admet que cela correspond à l'expansion démographique - le pays compte 68 millions d'habitants - et à la pauvreté car la faim pousse les villageois au braconnage et à la revente de viande boucanée. Selon elle, pour un animal capturé, dix meurent sous les coups des braconniers qui ne laissent vivants que les bébés, dont ils ne tirent pas assez de viande et qu'ils espèrent revendre.

Ces singes ont un patrimoine génétique identique à 98,7% à celui de l'homme, selon la revue Nature. Ils passionnent les anthropologues et fascinent les visiteurs car malgré leur organisation sociale avancée, ils n'ont aucune idée d'appropriation géographique ni sexuelle. L'alliance des femmes gère l'agitation des mâles, explique un panneau du paradis qui fait la joie de Claudine, fervente féministe.

Comme le rhinocéros, les quatre grands singes africains - gorilles de montagne et de plaines, chimpanzés et bonobos - présents en RDC, figurent sur l'annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites), qui en interdit tout commerce. La CITES, actuellement réunie à Bangkok, dresse un bilan pessimiste de son action. Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), le trafic d'animaux vivants rapporte 15 milliards d'euros par an. Ca rapporte plus que le trafic de drogue, dit Claudine André, dont l'oeil se fait farouche parmi ses boucles rousses. Il y a quelques mois, un avion gros porteur était attendu à Kisangani, une ville du nord-est de la RDC, pour embarquer des animaux et les emporter à Shanghaï, affirme-t-elle, dénonçant un Nigerian qui vend ces bêtes en Asie ou au Moyen-Orient. Là-bas, selon elle, de riches particuliers créent des zoos sans passer par les circuits qui vendent ou échangent des animaux nés en captivité.

En avril prochain, Claudine André se rendra aux Etats-unis où le zoo de Columbus (Ohio), très engagé dans la conservation, a décidé de lui décerner son premier Award (prix). J'ai l'impression de tenir un barrage de mes deux mains, un jour il faudra tout lâcher, dit-elle, en plaçant son espoir dans l'éducation.

Je garde l'espoir, la conservation, c'est par l'éducation,

dit-elle.

En 2012, 26.000 enfants sont venus visiter son paradis.

Ce sont eux qui m'appellent pour me dire où il y a un bonobo enchaîné,

se réjouit-elle.

AFP - Picture: Martin Harvey
PEROU - La PUB donne l'Eau !
CANADA - Coup de chaleur sur les glaciers
 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 23 avril 2021

Image Captcha

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.les-voies-libres.com/

Inscrivez-vous pour être toujours informés de nos publications

Connexion

19 février 2020
Art et Culture
"Avec ce nouvel album Wallsdown, j'ai mis en valeur trois étapes de l’évolution sonore : la première est la matière sonore brute non façonnée par l’homme (le son des pierres), la seconde est l’acousti...
25 août 2018
Éveil et Spiritualités
Qu'est-ce qui est bien, qu'est-ce qui est mal ? Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fît et vous ne ferez pas de mal. Faites pour les autres ce que vous aimeriez qu'ils fissen...

Commentaires Articles

AngeAdmin Le B.A.-BA de la Juste Direction
5 avril 2021
Merci beaucoup professeur. Votre vidéo va enrichir notre site. Bien à vous
Invité - Pr S. Feye Le B.A.-BA de la Juste Direction
27 mars 2021
Une sage philosophie, s'inscrivant dans les racines de la tradition : https://ww...
Invité - Chantal GOURIOU Quelques codes De Grigori Petrovitch Grabovoï
19 février 2021
Bonjour, pour le cancer des poumons, la séquence numérique est 4541589 à visuali...
Invité - Stephane Le verbe de tes yeux
8 février 2021
C'était pas Autriche mais autrice, vive le T4
AngeAdmin Le verbe de tes yeux
7 février 2021
Merci Stéphane

Please publish modules in offcanvas position.

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScriptReCAPTCHA, Google NotAllowedScriptMaps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.