• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

5 minutes de lecture (1091 mots)

Le symbolisme du champignon

Le symbolisme du champignon

 

La magie des profondeurs sylvestres...

 

La nature même du champignon nous ouvre les portes de sa symbolique. Les racines de ce symbolisme nous conduisent au plus profond de nos cultures païennes européennes puisque tout indique qu'elles remontent à la période préhistorique du paleólithique, loin avant les Indo-Européens. Voyons donc ces éléments naturels du champignon.

L'automne est la saison que l'on associe au champignon. C'est l'époque à laquelle on part en forêt pour les ramasser. L'humidité apportée par les intenses pluies de l'automne favorise l'apparition des champignons. L'eau automnale en fait un symbole de fertilité et de fécondité. L'eau est symbole de vie et de force fécondante. Ceci est renforcé par la forme même du champignon qui en fait un symbole phallique. La puissance sexuelle masculine est étroitement associée au champignon. Ce dernier se caractérise entre autres par une croissance ultra rapide, une croissance qui n'est pas sans rappeler une érection, autre symbole de vie fécondante, une force éternellement renouvelée et perpétuée, une image de la longévité.

Le champignon est donc symbole de vie, mais il est aussi symbole de mort. Les champignons vénéneux causent dans certains cas une mort douloureuse, ce qui mène logiquement vers ce symbolisme de mort. Les clés de la seconde explication pour cette connexion avec la mort se trouvent dans la saison même de l'automne. C'est la saison du déclin des forces solaires. Le principe générateur de vie est en décroissance. Cette époque de l'année est celle qui ouvre la saison morte de l'hiver, elle mène donc tout droit vers le principe cyclique de la mort.

Cette mort pouvait parfois être symbolique, celle qui au cours des rites d'initiation se nomme la "petite mort". Selon la quantité ingérée, la consommation de certaines espèces provoque des hallucinations, un état que les chamanes des différentes traditions païennes savaient mettre à profit afin de voyager dans le monde des Esprits et des Ancêtres. Le champignon est dans ce contexte une porte vers les autres mondes. Il fut d'ailleurs toujours rattaché au monde de l'étrange et du surnaturel. Sa croissance ultra rapide associée à la nuit ont favorisé cette connexion avec la magie des mondes cachés de la nature. C'est bien pour cela que de nos jours encore, le champignon est associé dans le folklore populaire aux êtres merveilleux comme aux Elfes, aux Nains sylvestres, et au "petit peuple" en général, celui qui reste invisible aux yeux du non-initié.

Dans les traditions populaires d'origine germanique lors du ramassage des champignons, il existait la coutume de prendre le premier ou les trois premiers champignons trouvés, et de les donner en offrande à l'Esprit de la forêt. Cet Esprit de la forêt pouvait se présenter de diverses formes : comme une Divinité telle le Green Man, l'homme-vert de la tradition anglo-saxonne, ou encore comme une Divinité plus originelle telle que nous la présente la tradition celte avec le Dieu-Cerf Cernunnos. Ces figures divines sont d'ailleurs elles aussi étroitement liées au symbolisme de l'automne, de la fécondité, et des mondes de l'au-delà.

En Bohème occidentale et en France il était coutume de dire qu'il fallait être un bon menteur pour être chanceux lors du ramassage de champignons. Le mensonge fait ici référence à l'art de l'ambigüité qui correspond à l'image véhiculée par le champignon, celle comme symbole de vie et de mort. De manière pratique, l'image du menteur renvoie au fameux connaisseur des bons coins à champignons, celui qui ne révèle jamais ses meilleurs endroits. Une autre coutume consistait à aller aux champignons vêtu de manière négligée, c'est à dire habillé de vêtements vieux et peu propres. Cette coutume peut faire sourire mais l'air de rien, elle prend ses racines dans la lointaine préhistoire, époque à laquelle on pénétrait dans les profondes forêts en se confondant avec elle, on pourrait même dire en se fondant en elle. En plus de la discrétion nécessaire pour tout visiteur respectueux des profondeurs sauvages de nos anciennes forêts, ce véritable camouflage invite le visiteur moderne à vivre une harmonie absolue avec la nature, un véritable retour aux sources puisqu'il nous renvoie à des sensations vécues par nos lointains ancêtres du paléolithique durant plus de 20.000 ans.

Dans le Steiermark autrichien, on croyait dur comme fer que le jeudi était un bon jour pour aller ramasser des champignons. Comme nous l'avons déjà vu ici dans la symbolique des jours de la semaine, le jeudi est associé au Dieu de la foudre Donar (Thor), celui qui par le pouvoir de son marteau sacré provoque la pluie fécondante. Le champignon nécessite beaucoup d'humidité, il était donc logique que le jeudi lui soit favorable. Toujours dans cette région autrichienne du Steiermark, il existait une coutume connue sous le nom de "Schwammuhr", l'horloge-éponge. L'éponge symbolise la texture spongieuse du champignon. L'horloge fait allusion à un rite qui travaille sur les énergies présentes dans les profondeurs sylvestres. Les filles qui allaient ramasser des champignons prenaient soin auparavant de couper un bout de paille à peine plus long qu'un ongle. Elles mouillaient avec de la salive l'ongle du pouce de la main gauche. Elles plaçaient ensuite le bout de paille sur l'ongle qui bougeait de telle manière qu'il montrait la direction du meilleur coin à champignons. Cette coutume est certainement très ancienne car tout y est symbolique, tout est relié au profil du champignon. L'éponge nous renvoie au symbolisme fécondant de l'eau. La paille représente la récolte passée et nous relie donc à l'image des richesses qui permettent de traverser les rigueurs hivernales. La salive, en plus de l'élément liquide qu'elle incarne, est le véhicule des énergies qui connectent l'homme avec l'objectif de son rituel. Puis, comme nous l'avons vu avec le symbolisme de la rune germanique Naudhiz, l'ongle est dans les traditions germaniques un "outil" magique qui permet de se relier avec les autres mondes et en particulier avec celui des morts. Quant à la main gauche elle symbolise dans de nombreuses traditions polythéistes le monde obscur de la mort. On peut constater donc à quel point, tout dans ce rite très simple, permet de se connecter avec l'intégralité des valeurs symboliques liées au champignon.

En Silésie, au premier jour de la saison des champignons, on avait l'habitude de prendre le premier champignon ramassé et de le jeter en arrière par-dessus l'épaule, ceci afin d'avoir une récolte fructueuse. Le fait de jeter quelque chose en arrière est symbole d'un accomplissement cyclique, on tourne le dos au passé tout en s'enracinant en lui, pour affronter victorieusement les défis du futur.

Hathuwolf Harson
Sources : 
"Kleines Lexikon des Aberglaubens", Ditte und Giovanni Bandini.

Source

Ouroboros, la Tradition Secrète (Partie 17, Bonus)
Le mythe d'Azéchiel

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
lundi 19 novembre 2018

Image Captcha