• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

4 minutes de lecture (738 mots)

Le rituel du Rite Ecossais Ancien et Accepté..

Le rituel du Rite  Ecossais Ancien et Accepté..

 

Le rituel du Rite Ecossais Ancien et Accepté, rite le plus pratiqué tant en France que dans le monde. Aussi est-il nécessaire de donner des extraits de la Déclaration de Principes, établie d’après les délibérations du Couvent de Lausanne du 22 septembre 1875, et d’après celles des conférences des Suprêmes Conseils tenues à Lausanne en 1922, à Paris en 1929, à Bruxelles en 1935 et à Cuba en 1956.

 

I. — Le Rite Ecossais Ancien et Accepté proclame, comme il l’a proclamé dès son origine, l’existence d’un Principe Créateur sous le nom de Grand Architecte de l’Univers.

II. — Il est un Ordre initiatique procédant par degrés, du 4e au 33e, et élevant ses adeptes dans cette hiérarchie, de degré en degré, autant que leurs facultés et moyens propres le leur permettent.

III. — Il n’impose aucune limite à la libre recherche de la vérité, et c’est pour garantir à tous cette liberté qu’il exige de tous la tolérance.

IV. — Il est ouvert aux hommes de toutes nationalités et de toutes races, quelles que soient leurs opinions politiques et leurs croyances religieuses, pourvu qu’ils soient libres et de bonnes mœurs.

V. — Il interdit dans ses ateliers toute discussion politique ou religieuse.

VI. — Ses membres doivent obéir aux lois de leur pays, vivre selon l’honneur, pratiquer la justice, aimer leurs semblables, travailler sans relâche à introduire l’harmonie et la paix dans la société humaine tout entière et poursuivre son évolution progressive en s’inspirant à cet effet de la devise qu’il a fait sienne : Ordo ab Chao.

VII. — Il est organisé en Juridictions territoriales, chacune de ces juridictions s’étendent aux limites d’un Etat politique et de ses dépendances.

VIII. — Chaque Juridiction territoriale est gouvernée par un Suprême Conseil, composé de membres possesseurs du 33e degré, qui a le seul le droit de promulguer des décrets et de conférer les degrés de la hiérarchie. Il ne peut exister qu’un Suprême Conseil pour une même Juridiction territoriale. Les actes émanant d’une autorité schismatique sont nuls et de nul effet.

IX. — Les membres des Ateliers placés sous la Juridiction d’un Suprême Conseil doivent appartenir à une loge de la Maçonnerie Symbolique où ils doivent propager et défendre la doctrine initiatique et son ésotérisme. Les membres des Ateliers Supérieurs et  ceux des Loges Symboliques forment ensemble une grande famille où règne le sentiment de fraternité.

X. — Nonobstant ces obligations et devoirs imposés aux membres des Ateliers de 1ere Juridiction, les Suprêmes Conseils s’interdisent toute ingérence dans la législation, l’organisation et l’administration des Grandes Loges et de leurs Loges Symboliques.

XI. — Lors de leur initiation au 4e degré ou affiliation à un autre degré, les membres des Ateliers placés sous la Juridiction d’un Suprême Conseil doivent s’engager à l’observation des Principes ci-dessus énoncés.

Le Rite Ecossais Ancien et Accepté comporte une hiérarchie de trente-trois degrés. Les corps organisés et autorisés du Rite, placés sous la Juridiction du Suprême Conseil de France, sont les suivants :

  • Loges de Perfection (Atelier du 4e au 14e degré),
  • Chapitres de Rose-Croix (Ateliers du 15e au 18e degré),
  • Conseils de Kadosch ou Aréopages (Ateliers du 19e au 30e degré).
  • Tribunaux (Ateliers du 31e degré).
  • Consistoires (Ateliers du 32e degré).
  • Conseil Suprême (Atelier du 33e degré).

Tous ces Corps constitués, indépendants les uns des autres, ont une organisation et une hiérarchie intérieures. Le Suprême Conseil couronne cette hiérarchie ; à lui seul sont confiés la conservation de la doctrine, le gouvernement et l’administration de la Juridiction.

Le Suprême Conseil de France, Pouvoir régulateur du Rite Ecossais Ancien et Accepté, se compose, conformément aux dispositions des Grandes Constitutions, d’au moins neuf membres actifs et de trente-trois membres au plus, qui sont choisis par cooptation. Pour la bonne et prompte expédition des affaires courantes, une Commission, qui a pleins pouvoirs et qui se compose du Souverain Grand Commandeur, du Lieutenant Grand Commandeur, du Grand Chancelier, du Grand Secrétaire Général, du Grand Orateur, du Grand Trésorier et de leurs adjoints, se réunit une fois par semaine. Les autres Officiers ainsi que les membres actifs du Suprême Conseil peuvent assister aux travaux de cette Commission avec voie délibérative. La présence de trois membres au moins est nécessaire pour la validité des décisions prises par cette Commission, au sein de laquelle, comme dans les Tenues du Suprême Conseil, les votes ont toujours lieu à haute voix.

Extrait du livre de Jean-Pierre Bayard, Les Francs-Juges de la Sainte-Vehme, Albin Michel.
Qu'est-ce que le projet Indect ?
Namur va obliger les supermarchés à donner leurs s...
 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
samedi 17 novembre 2018

Image Captcha