• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

7 minutes de lecture (1406 mots)

Le mois de Mars, selon Édouard Brasey

Le mois de Mars, selon Édouard Brasey

Mars est à la fois le dernier mois de l'hiver et le premier du printemps. Tirant son nom du dieu de la Guerre dans l'Antiquité romaine, il représente une période redoutée. Les giboulées de mars sont la terreur des jardiniers qui peuvent voir leurs récoltes futures endommagées.

Les trois premiers jours du mois notamment sont surnommées « les jours de la Vieille », la Vieille en question symbolisant la mauvaise saison. Dans de nombreuses régions, on la personnifie sous les traits d'une sorcière laide et méchante qui sème gelées et froid dans son sillage. C'est pourquoi il est déconseillé de semer quoi que ce soit durant ces trois jours, de même que durant les trois derniers jours du mois précédent. Ne dit-on pas par ailleurs que mars est le mois « des génies et des fous », et que les natifs de cette période sont promis à des destins torturés ?

L'approche du printemps donne toutefois à mars un aspect plus romantique et propice aux amours naissantes. Le « bonjour à Mars », pratiqué dans certaines régions, permet aux jeunes filles de voir en rêve leur futur époux. En Bretagne, c'est dans la nuit précédant le 1er mars, à minuit précis, qu'elles doivent sortir de leur maison et embrasser la terre par trois fois en récitant l'invocation suivante :

Bonjour Mars
Sois bon et accommodant
Et fais-moi voir en dormant
Celui que j'aurai en mon vivant.

Elles doivent ensuite ramasser un peu de la terre qu'elles ont embrassée et la placer sous leur oreiller. Leur promis apparaîtra alors dans leurs songes.

Enfin, c'est durant ce mois qu'il s'agit de faire le grand nettoyage de printemps. En Angleterre, c'est dès le 1er mars que les ménagères font la toilette complète de leur demeure, éliminant poussière et toiles d'araignée. Mais, si le mois n'est pas clément du point de vue météorologique, on peut se rassurer en citant le proverbe :

Mars venteux et avril pluvieux
Font le mai gai et gracieux.

Marcius Cornator

Depuis la plus haute antiquité, le mois de mars est représenté en Italie sous la forme d'un jeune homme au visage imberbe et aux cheveux hirsutes formant comme une auréole autour de sa tête, en train de souffler dans deux olifants qu'il tient dans ses mains. Il s'agit d'un berger ou d'un chasseur ayant pour nom Marcius Cornator, et dont le rôle est d'éveiller le printemps. Il est sans doute la personnification des vents printaniers qui soufflent violemment durant le mois de mars.
Un dicton dit à ce sujet :

Jour de vent,
Jour de tourment.

 

Mi-carême

Depuis 1216, grâce au pape Innocent III, le quatrième jeudi du carême, ou mi-carême, marque la suspension du jeûne et des austérités, et autorise les festivités, licences et gabegies du Mardi gras. Ce jour-là est marqué par des défilés carnavalesques, des farces, des mascarades et des repas à base de gaufres ou de crêpes, comme pour la Chandeleur. Il était de coutume lors de cette fête de « scier la Vieille ». la Vieille étant personnifiée par un mannequin symbolisant le carême – elle est aussi associée au trois premiers jours de mars. Il pouvait s'agir aussi de la vieille année, car, jusqu'au XVIè siècle, l'année commençait non pas au 1er janvier, mais au printemps – plus particulièrement le 25 mars. On avait coutume également d'accrocher des « rosses-vieilles », morceaux de papiers en forme de scie, dans le dos des gens, à l'instar des poissons d'avril. La mi-carême est donc une fête du rire, où niches, farces et bons tours viennent apporter de la gaieté dans le quotidien.

 

Saint Patrick : 17 mars

Saint Patrick fut l'évangélisateur de l'Irlande en 432 en tant qu'évêque missionnaire, après une jeunesse mouvementée au cours de laquelle il fut fait prisonnier par des pirates, puis vendu comme esclave. Il mourut en 461, après avoir fait de l'Irlande l'« île des saints ». Le culte qui lui est rendu s'est développé à partir de l'émigration des Irlandais, catholiques fervents, aux États-Unis au milieu du XIXè siècle. La Saint-Patrick s'est ensuite établie dans le monde entier, avec ses codes de reconnaissance : le shamrock, trèfle d'Irlande dont Patrick se servait pour expliquer le mystère de la Sainte-Trinité – et qui est devenu l'emblème de l'île -, la couleur verte, le leprechaun à chapeau haut-de-forme, les concerts de musique celtique et les pintes de Guinness dans les pubs.

 

Le Printemps

« Les fées s'éveillent Les harpes et flûtes résonnent,
Entraînantes et claires,
Se mêlant à ton chant, emplissant les bois !
Voici le choeur des fées, Dans le matin doré, enchanté ! »
William Allingham, Un bois au pays de Faërie (XIXè siècle)

Le printemps est par excellence la saison des fées. C'est l'époque où la nature reprend vie, et où les belles dames fées sortent de leur long engourdissement hivernal pour participer à ce grand réveil universel et veiller à l'éclosion des bourgeons.

C'est au moment de l'équinoxe de printemps, lorsque le jour et la nuit s'équilibrent en une harmonie parfaite, que les demoiselles enchantées quittent les nids douillets qu'elles se sont aménagés pour franchir la saison froide, buissons d'aubépines, arbres creux, gîtes d'écureuils calfeutrés à l'aide de mousse et de duvet d'oiseaux, lits de branchages jonchés de pétales de roses.

C'est donc l'occasion pour les jardiniers de faire appel aux « fées des fleurs » pour qu'elles les aident à donner aux plantes leur vigueur et aux fleurs leurs couleurs et leurs parfums. La fameuse « main verte » attribuée aux jardiniers n'est jamais que leur aptitude à collaborer avec le règne végétal et les esprits de la nature – dont les fées – qui en sont les gardiens.

On dit aussi que chaque plante tire sa personnalité et ses vertus - remède ou poison – de l' « esprit gardien » qui veille sur elle, ou de la fée tutélaire qui s'y trouve attachée.

Le printemps est enfin la saison où l'on peut le plus facilement observer les « ronds des fées », encore appelés « cercles » ou « anneaux de fées ».

Il s'agit des traces que les fées laissent dans l'herbe après y avoir dansé des heures durant. On les repère facilement à leurs bandes circulaires d'un vert sombre où la végétation est plus touffue qu'ailleurs, ou, au contraire, plus rare car elle a été piétinée par les pas des gentes demoiselles fées. Au centre de ces ronds de fées poussent souvent des champignons dont les fées se servent pour s'asseoir afin de se reposer entre deux rondes.

Toute la nuit, elles dansent dans les cercles de fées aux rayons de la Lune, s'enivrent de la rosée du matin ou font de l'équilibre sur les fils des toiles d'araignée.

Pénétrer à l'intérieur d'un cercle de fées peut s'avérer toutefois périlleux, car celui qui s'y risque est emporté dans une danse qui l'obligera à tourner jusqu'à l'épuisement total, voire la mort. On dit en effet que l'écoulement du temps en Féerie est différent du temps humain ; la danse aura semblé durer quelques minutes à peine, mais, en réalité, elle aura duré plusieurs jours, voire plusieurs années ou plusieurs siècles.

Les primevères

Les primevères, qui sont les premières fleurs à pousser au printemps, ont le pouvoir de livrer l'accès aux trésors cachés. Lorsqu'un être humain a la chance de cueillir la première primevère du printemps, celle-ci lui confie une clé d'or qui lui permettra de se glisser au cœur d'une colline enchantée dans laquelle se trouvent les plus beaux trésors que la terre ait jamais portés. L'élu de la primevère pourra emporter tout ce qu'il désire, à condition de ne pas oublier la clé magique en partant. Car, sans ce sésame, jamais il ne pourra retrouver son chemin et demeurera prisonnier de la colline d'or.

D'autres légendes affirment que la primevère est une clé permettant d'entrer librement au pays de Féerie. Il suffit de frapper un rocher fée avec un bouquet de primevères composé d'un nombre précis de ces fleurs : treize, pas une de plus ni une de moins. Mais il s'agit de ne pas se tromper dans le compte, au risque d'encourir des dangers sans nom. Si nécessaire, on doit compléter le bouquet avec des violettes.

La taille de la vigne

Le mois de mars est également associé à la taille de la vigne. Les paysans doivent retourner la terre au pied des ceps, pour créer les conditions favorables à leur développement.
Un dicton dit à ce sujet :

Si tu pioches une fois, le vin aura du goût ;
Deux fois, il sera bon ;
Trois fois, les hottes seront pleines.

En Roumanie, le premier mars est l'équivalent de notre Saint Valentin.

Calendrier païen – Avril
Calendrier païen – Mars

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
mardi 13 novembre 2018

Image Captcha