By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.les-voies-libres.com/

3 minutes de lecture (641 mots)

Le champ magnétique terrestre s’inverse au rythme de la tectonique des plaques

Le champ magnétique terrestre s’inverse au rythme de la tectonique des plaques

Augmentation des séismes ?

Au cours de l’histoire de la Terre, le champ magnétique s’est inversé à de nombreuses reprises, à un rythme irrégulier. De longues périodes sans inversion ont été séparées par des phases de renversements plus fréquents. Quelle est l’origine des inversions et de leur irrégularité ? Des chercheurs du CNRS et de l’Institut de Physique du Globe (1) apportent un élément de réponse nouveau en démontrant que la fréquence des inversions dépend de la répartition des plaques tectoniques à la surface du globe ces 300 derniers millions d’années. Ce résultat ne signifie pas que les plaques terrestres déclenchent elles-mêmes le basculement du champ magnétique. Il établit que si le phénomène d’inversion se produit in fine dans le noyau liquide de la Terre, il est sensible à ce qui se passe hors du noyau, plus précisément dans le manteau terrestre. Ces travaux sont publiés le 16 octobre 2011 dans Geophysical Research Letters.

Le champ magnétique terrestre est produit par les écoulements du fer liquide qui ont lieu dans le noyau, trois mille kilomètres sous nos pieds. Comment l’idée d’une relation entre la tectonique des plaques et le champ magnétique est-elle venue aux chercheurs ? De la découverte que la symétrie des écoulements de fer liquide joue un rôle dans les inversions magnétiques : des expériences et de travaux de modélisation réalisés ces cinq dernières années ont en effet montré qu’une inversion survient lorsque les mouvements de métal en fusion ne sont plus symétriques par rapport au plan de l’équateur. Cette « brisure de symétrie » se ferait progressivement : elle commencerait d’abord dans une zone située à la frontière noyau-manteau (le manteau sépare le noyau liquide de l’écorce terrestre), puis gagnerait l’ensemble du noyau (constitué de fer liquide).

Prolongeant ces recherches, les auteurs de l’article se sont demandés si une trace des brisures de symétrie initiales, à l’origine des inversions qui ont jalonné l’histoire de la Terre, se retrouvait dans les seules archives des écoulements géologiques à grande échelle que nous possédons, c’est-à-dire les déplacements des continents (ou tectonique des plaques). Il y a 200 millions d’années, la Pangée, nom donné au supercontinent rassemblant la quasi-totalité des terres, a commencé à se disloquer en une multitude de morceaux qui ont façonné la Terre comme on la connait aujourd’hui. En faisant le bilan de la surface des continents situés dans l’hémisphère Nord et ceux dans l’hémisphère Sud, les chercheurs ont pu calculer un degré d’asymétrie (par rapport à l’équateur) dans la répartition des continents durant cette période.

La conclusion ? Le degré d’asymétrie a varié au même rythme que le taux d’inversions magnétiques (nombre d’inversions par million d’années). On peut presque superposer les deux courbes tant elles ont évolué en parallèle. Autrement dit, plus le centre de gravité des continents s’éloignait de l’équateur, plus le rythme des inversions s’accélérait (jusqu’à atteindre huit par million d’années pour un degré d’asymétrie maximal).

Que faut-il en déduire sur le mécanisme à l’origine des inversions ? Les scientifiques envisagent deux scénarios. Dans le premier, les plaques terrestres pourraient être directement responsables des variations de la fréquence des renversements : après leur plongée dans le manteau terrestre au niveau des zones de subduction, les plaques parviendraient jusqu’au noyau, où elles modifieraient les écoulements de fer. Dans le second, les mouvements des plaques ne feraient que refléter le brassage de matière à l’œuvre dans le manteau et notamment à la base de celui-ci. Dans les deux cas, ce sont bien des mouvements de roches extérieures au noyau qui provoqueraient l’asymétrie des écoulements dans le noyau liquide, et détermineraient la fréquence des inversions.

Note:(1) Laboratoire de physique statistique de l’ENS (Ecole normale supérieure/CNRS/UPMC/Université Paris Diderot) et Institut de physique du globe de Paris (CNRS/IPGP/Université Paris Diderot)
Source: Plate Tectonics May Control Geomagnetic Reversal Frequency. F. Pétrélis, J. Besse, J.-P. Valet. Geophysical Research Letter. 16 octobre 2011.

Source

Phénomène d'Extinction de Masse
Réseau Hartmann et Ley Lines du Dragon..
 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
jeudi 26 novembre 2020

Image Captcha

Inscrivez-vous pour être toujours informés de nos publications

Connexion

3 février 2019
Éveil et Spiritualités
Histoire et Traditions
LES DICTS DU DRUIDE CADOCLes Dicts de la Corneille(CXI)Une corneille2, cherchant sa nourriture,Chanta ce dicton dans une vallée :La science n’est science qu’à celui qui la suit.Une corneille chanta ai...
26 août 2018
Bien-être - Santé
Histoire et Traditions
La tradition indienne, tant hindoue que bouddhique, désigne sous le nom de yoga (du sanskrit juga = joug, lien) une technique de salut originale qui se propose de libérer l’âme de sa condition charnel...

Commentaires Articles

Bruno L’association Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri
13 novembre 2020
Bonjour , voici un lien. Merci de votre lecture ..https://www.fndsa.org/
Invité - Amato L’association Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri
13 novembre 2020
Bonjour, J'aimerais savoir s'il y a un foyer Notre Dame des Sans Abri et si oui,...
Invité - Lila Si j’en crois ce que j’ai vu.
12 novembre 2020
Bonjour Faten, l'article décrit parfaitement l'attitude du mystique. Ce n'est pa...
Invité - Eikthyrnir Odinson Toi, notre père Odin
5 novembre 2020
C'est magnifique j'ai envie de la dire pour mon rituel de Yule cette année. Merc...
Invité - Eikthyrnir Odinson Le mois de décembre selon Edouard Brasey
5 novembre 2020
J'aime énormément ce conteur, avec Pierre Dubois c'est un de mes favoris.

Please publish modules in offcanvas position.