• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

7 minutes de lecture (1390 mots)

La source personnelle et initiatique

La source personnelle et initiatique
L'être humain doté d'une intelligence va rechercher à donner un sens à sa vie sur terre. Il va vivre une évolution corporelle, amoureuse, sociale, spirituelle à travers le contact personnel et intime qu'il aura avec les mystères de la vie : le développement de son corps, la maladie, la mort, le besoin d'amour et de relations sociales, la violence qui est en lui et qu'il devra maîtriser pour vivre en paix sociale avec les autres, la rencontre avec une voix qui parle en lui, la rencontre de son esprit avec l'âme, cette parcelle divine qui guide son existence terrestre.
 
Chaque expérience lui livrera des connaissances intimes dont certaines resteront secrètes en lui sa vie durant et d'autres seront discutées avec les personnes en qui il a le plus confiance ou qu'il aime le plus. A la fin de sa vie terrestre, ce savoir, cette expérience humaine doit lui servir à comprendre le mystère de sa mort et à le préparer à accéder à la vie éternelle grâce au pouvoir de son âme. Le savoir représente ici une foi.
 
Ce savoir peut se transmettre d'une personne à l'autre par l'initiation. Un initié ne va pas imposer sa vision des mystères de la vie humaine mais va préparer celui qui recherche l'initiation pour lui conseiller telle ou telle pratique de vie qui favorise la rencontre avec les mystères, avec la présence qui anime son âme et le mettre en garde contre les dangers d'un tel cheminement spirituel. Le but de l'initiation est de rencontrer cette dimension divine de notre âme pour franchir notre condition mortelle d'êtres humains, partager un moment dans le monde supérieur et divin pour revenir sur terre avec une vision nouvelle plus apaisée, confiante, aimante de notre condition humaine. L'initiation en nous ouvrant cette vision du monde enrichie par la rencontre surnaturelle, nous fait ressusciter à une nouvelle vie sur terre : rien ne sera plus comme avant, notre foi aura totalement changé et l'initié abandonnera la violence pour suivre une logique de l'amour et de la fraternité, il luttera contre les criminels qui ne respectent pas la dignité de chaque être humain : homme, femme, enfant quelle que soit la couleur de peau, la langue, l'aspect physique, l'âge, l'intelligence, les croyances. L'initié saura marier les contraires pour trouver un mode de vie commun dans un groupe.
 
La transmission des moyens humains pour accéder à l'initiation est sur ce site décrite dans ce passage du livre " D'Éleusis à Dendérah, l'évolution interdite ": 
- les E.M.I., expériences de morts immédiates à la suite d'accidents, de passage par la mort
- la création artistique, poétique à travers le dialogue de l'âme pour l'âme et la maîtrise de la source inspiratrice
- le mysticisme et l'apprentissage de prières, de mantras pour placer l'esprit dans un moment favorable de rencontre surnaturelle
- le dépassement des limites du corps pour atteindre l'extase : le moyen humain le plus accessible est l'extase amoureuse le plus souvent atteinte grâce à l'extase sexuelle qui réunit deux ou plusieurs amants. Le dépassement de soi à travers le sport et les pratiques corporelles.
- enfin les drogues donnent des hallucinations qui se rapprochent de ces moments d'extase et de rencontre surnaturelle sans atteindre cependant la communion donnée par l'initiation acquise par les quatre premiers moyens. Mais comme il est facile de consommer de la drogue, la facilité pousse certaines personnes à les utiliser abondamment sans jamais pouvoir accéder à des expériences véritablement enrichissantes et productrices d'une foi en ses raisons de vivre. Cette dépendance à la drogue produit exactement le contraire d'une initiation : la destruction de la vie et de  ses raisons de vivre.
 
Dans l'antiquité, les deux principaux centres d'initiation du monde méditerranéen furent le temple de Dendérah, près de Thèbes, qui fut le gardien des Lois divines et des mathématiques célestes et le lieu d'initiation des pharaons et des grands prêtres avant qu'ils n'accèdent à leurs responsabilités. Des savants y furent initiés tel que Pythagore. L'empereur Auguste reçut l'initiation de Dendérah et il fit restaurer le temple, c'est pourquoi ce temple est l'un des mieux conservés. L'initié qui sortait de ce temple, comme preuve de son initiation, pouvait parler de l'Apocalypse : comment Dieu qui est amour peut-il laisser la Terre tous les 26000 ans en théorie, basculer sur son axe pour retrouver un nouveau centre de gravité et poursuivre sa navigation céleste et ainsi causer un déluge, un cataclysme capable de balayer l'humanité. Ce Dieu là n'est-il pas cruel ? Jésus au début de son ministère public présentera sa lecture de l'Apocalypse et Jean, après la mort de Jésus écrira l'Apocalypse que l'Église de Rome a conservé alors qu'elle ignore celui de Jésus. La dernière date de l'Apocalypse fut conservée dans le zodiaque de Dendérah dont la dernière copie fut transférée de ce temple au musée du Louvre à Paris. Pendant un moment, elle était exposé au plafond comme à Dendérah et éclairée à jour frisant dans la crypte de l'Osiris, derrière les vestiges des remparts du Louvre datant de Philippe Auguste. Depuis elle a changé de place.
 
Le deuxième centre initiatique fut la baie d'Éleusis près d'Athènes. La célébration des mystères d'Éleusis reprenait les rites de Dendérah apportés par les initiés grecs ayant été initiés dans le temple égyptien. Platon, parmi d'autres comme tous les gens instruits de l'époque se rendit à ces célébrations.
Elles furent interdites après le Concile de Nicée en 320 après J-C par l'empereur Constantin devenu chef de l'église chrétienne romaine. Dès 200 après J-C, l'évêque Irénée, à Lyon, demandait l'interdiction des rites initiatiques : comment pouvoir prêcher la bonne parole si chacun est capable, à travers son initiation, de se faire son propre savoir spirituel, sa propre foi ? 
 
Depuis l'an 320, cette voie initiatique, cette source de savoir est interdite par l'Eglise chrétienne et le pape de Rome. Ceux qui ont résisté à cette interdiction ont péri sur les bûchers de l'Inquisition mais jamais cette source de savoir ne s'est tarie, n'a disparu. Parmi d'autres, les poètes ont travaillé à partir de cette source de savoir.
La voie initiatrice s'oppose au système religieux fondé sur des dogmes intangibles. Elle nourrit le cheminement spirituel de l'être humain et le partage de cette expérience peut se réaliser autrement qu'à travers une religion qui va défendre sa vérité. La religion ne peut être que le partage de rites fondés sur la pratique spirituelle et le partage des enseignements que les initiés nous ont livrés.
Elle doit rester spirituelle et donc respecter l'initiation individuelle. Lorsque la religion impose comme supérieure aux initiations individuelles, les enseignements d'un seul initié, prophète voire unique Fils de Dieu, elle devient un système de pouvoir gérant un savoir religieux qui ne peut que susciter contestation, fanatisme, troubles sociaux et guerres. Elle est bien alors l'opium du peuple pour l'envoyer se battre au nom de chefs religieux devenus criminels. La religion musulmane respecte l'initiation : un soufi peut donner la baraka. Le bouddhisme est essentiellement spirituel et n'est pas une religion. Seule la religion catholique a fait autant d'efforts et couvert autant de crimes et de génocides pour interdire la voie de l'initiation.
Aujourd'hui la culture occidentale a été construire autour du savoir collectif, du rationalisme scientifique, de la loi des marchés économiques. Elle n'est pas en mesure de comprendre le savoir tiré de la source individuelle et elle reste encore dans la poursuite de l'entreprise du pape romain pour l'occulter et la rejeter.
 
L'Occident, l'humanité ne pourra pas progresser vers la paix et la minimisation de la violence sans restaurer un savoir global fondé sur les deux sources de savoir, sans lever les interdits sur la voie initiatrice. En ignorant cette dernière, les dirigeants occidentaux non initiés permettent à n'importe qui de trafiquer les enseignements de l'initiation à travers le fanatisme religieux et le développement des sectes, laissant l'humanité devant la réalité de nouvelles guerres de religion. L'Occident est responsable de ces guerres de religion tant qu'il n'est pas capable de lever les interdits qu'il a prononcé chez lui sur cette source individuelle de savoir. Il est trop facile aujourd'hui à des fanatiques religieux d'utiliser les technologies issues du savoir collectif pour détruire le monde. En restaurant cette source de savoir, le fanatisme religieux voit son entreprise affaiblie d'autant.
 
Bernard de Montréal
Soltice du 21 dec 2013

Articles en Relation

 

Commentaires 1

AngeAdmin le lundi 23 décembre 2013 18:38

Merci tres bel article et tres interressant bisous bruno

Merci tres bel article et tres interressant bisous bruno ;)
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha