• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

8 minutes de lecture (1506 mots)

La Quête

La Quête

 

Témoignage

Toute vie est une énigme, la réponse à la mienne fût la connaissance enfantée par le V.I.T.R.I.O.L.

Il n'en a pas toujours été ainsi, au commencement mes questions étaient sans réponses, au commencement le Mystère de ma vie était entier.

Il n’y a pas eu vraiment de commencement à ma quête, mais au fond de moi une présence immémoriale.

Baptisé, confirmé, j'ai cherché l’énigme de ma vie dans les enseignements d'une religion faite de symboles, d'incantations, de rituels, de formules psalmodiées et de superstitions sans âme. En mon sein, moi le fils j'y ai cherché un Père, mais le Verbe de l’église est impénétrable, gardé par le commandement de croire sans douter, on a fini par me proposer l'enfer ou le paradis, j'espérais plus de subtilité. Croix de bois, je n'irai pas en enfer.

Si la réponse au Mystère ne se cherchait pas dans la religion des hommes, peut-être fallait-il la chercher dans la matière. Je me suis enfoncé à corps perdu dans le matérialisme, aussi profondément que possible, plus je possédais plus j'en voulais, jusqu’à boire sans soif et manger sans faim. J'y ai perdu mon identité. J'ai mis un masque social, j'ai fait ce que l'on attendait de moi. Le système économique est devenu ma réalité, programmé pour la carrière et le désir cynique du pouvoir, je me suis fixé des objectifs, des idéaux, des images, que je n'ai jamais pu atteindre. Mes temples d'adorations s'appelaient centre commerciaux et mes idoles, ''anges de la télé réalité''.

On choisit ses idoles en fonction de son niveau de conscience...

J'avais concentré toutes mes énergies sur mon individualité égotique perdant tout sens de la solidarité, et même ma spiritualité. J'avais construis une vie bâtie sur des fondations qui n'étaient pas naturelles. La quadrature matérialiste m'a enfoncé au plus profond de la terre, presque jusqu'en enfer, la communion du lundi à l'anxiolytique. Croix de fer pour l'éternité.

Mais moi seul suis gardien de mon âme, je ne devais pas en rester là, et ne plus donner de temps à cette vie de perdition assurée, poursuivre ma quête avant qu'il ne soit trop tard.

Tout perdre laisse sans repères, j'étais donc perdu, le Destin se jouait de moi, comme le frisson que laisse la mort qui passe.

Une mauvaise nuit d'insomnie, j'ai croisé le regard d'un sans abri de la Providence qui me dit :

''Une mauvaise chose c’est une bonne chose que tu regardes dans le mauvais sens.''

Je pris conscience que si je n'avais pas trouvé mes réponses tourné vers le ciel, ni à genoux dans la terre de mes satisfactions égotiques, peut-être se trouvaient-elles cachées à l’intérieur de cette matière qui m'entoure, je suis matière, mais que trouve-t-on au fond de cette matière ?

J'ai étudié la physique et ses lois, ses interactions, ses équations, ses forces, j'y ai trouvé un monde figé, avec l'illusion du libre arbitre, un monde qui se termine dans le néant. Le caducée cartésien ne sera pas le mien.

Alors j'ai continué à disséquer la matière dans l'infiniment petit, la molécule, la cellule, l'atome, l'électron, la conscience de l'atome, le potentiel de l'électron. Plus je m’enfonçais dans l'infiniment petit, plus je rentrais dans l'abstrait, jusqu’à pénétrer dans l'abstrait pur, de l'information sous forme de vibrations et d'ondes. Dans cette information abstraite j'ai fini par trouver le reflet de mes propres pensées, l'observateur devenait l'observé, le penseur devenait la pensée. Invariablement je me suis retrouvé au fin fond de chacune des choses observées.

Mon intellect raisonneur pensait avoir trouvé le Graal, la Pierre Philosophale, je suis dans toutes choses et toutes choses sont en moi, j'avais percé le secret de l'interconnexion matière-esprit qui crée toutes nos émotions pour forger notre identité.

Je pensais avoir trouvé l'Or, le rouge des alchimistes, mais ce n’était que chimère, faux rouge, l'or des fous, cette découverte ne produit aucun changement dans ma vie.

Des décennies de travail intellectuel pour me retrouver au point de départ de ce qui semblait être un Labyrinthe sans fin, ma pensée ne m'apportait que ce que je possédais déjà.

Mais j'avais aussi compris les faiblesses de la nature humaine dirigée par ses instincts émotionnels et j'aurais pu m’arrêter là et utiliser mon savoir pour manipuler, asservir, faire de l'argent facile, ou comme beaucoup sombrer dans la folie qui me suivait patiemment.

Mais ce n'est pas l'or que je recherche, et ma petite flamme intérieure ne s’était pas éteinte, il me fallait poursuivre ma quête là où je l'avais laissée, dans la pensée de mon mental égotique et raisonneur.

Si la matière est constituée dans son essence d'informations, de formes pensées, ce n'était plus la matière que je devais disséquer, mais les formes pensées. Je transmutais inlassablement toutes mes pensées en émotions, en forces, en énergies, et comme toutes forces ou énergies elles devaient obéir à des lois, à des forces, des équations que mon intellect cartésien prisonnier de l'espace et du temps ne pouvait résoudre.

Une nuit alors que je n'attendais plus rien, une pensée me traversa l'esprit :

Si mon environnement de départ ne me convient pas, si je trouve la vie sombre, dure, cruelle, et que ma pensée se trouve au fond de toutes ces choses, peut-être me faut-il changer mes pensées. Si mes pensées sont boueuses, il me faut en retrouver la source. 

Et je repris, une pensée provient de mon humeur, mon humeur provient de mon état d'esprit, mon état d'esprit provient de mon identité, mon identité provient de mes réactions émotionnelles, de mes croyances, qui proviennent… de ma façon de penser… Je dois peut-être changer ma façon de pensée. La pensée est le penseur et si la pensée est trouble…

Le penseur ne doit pas être relié à la bonne source d'inspiration, je dois donc changer de penseur.

Si le mental intellectuel n'est pas la bonne source de compréhension où trouver mon inspiration ?

La physique m'a enseigné que Tout dans ce monde a deux polarités, deux extrêmes, s'il y a une pensée boueuse il y a de l'autre coté une pensée cristalline, si l'une est intellectuelle et mécanique l'autre doit être spirituelle et intuitive.

Cette connexion spirituelle est quelque chose que l'humanité possédait autrefois, mais a perdu dans le matérialisme.

A présent il ne me fallait plus descendre dans la matière pensée mais remonter dans le temps. Trouver une science holistique qui unifie le corps et l'esprit en un grand Tout. Retrouver ceux qui savaient sans la technologie, parce que connectés à la source de la Vie : Les Atlantes, les Égyptiens, Thot, le trois fois grand Hermès, les Alchimistes, il m'a fallu partir me réfugier dans le Passé, dans la lecture de "ceux qui ont su".

La lecture de Ceux qui savaient m'a appris que notre monde d'espace et de temps n'est que le pâle reflet de l'intemporel, les soleils ne sont que l'ombre de Dieu.

J'ai appris qu'il n'existe qu'une seule sorte de connaissance, la connaissance éprouvée, le savoir expérimenté au plus profond de sa chair, de son sang et de sa conscience.

J'ai appris les lois qui régissent l'univers, les lois immuables, intemporelles qui fonctionnent aussi bien dans le microcosme que dans le macrocosme ainsi qu'en moi, le mésocosme.

''Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'Univers et les Dieux''

La compréhension de cette science spirituelle m'a laissé entrevoir la Lumière sous le voile d'Isis.

L'interconnexion, l'unité en toutes choses par la voie du juste milieu, celle qui se trouve au centre des polarités contraires qui forment toutes les choses de ce monde. C'est dans cet équilibre des contraires que jaillit la force, qui nous relie à notre Moi profond, à l'Âme de Vie.

Un état d'équilibre parfait, stabilisé, qu'il faut que j'éprouve dans tous les aspects de ma vie quotidienne, jusqu'à ce qu'il pénètre chacune de mes cellules. UN équilibre de la pensée intérieure qui jaillit vers l’extérieur.

Enfin quelque chose dans ma vie était en train de changer. Après une longue dissolution, quelque chose était en train de se stabiliser en Moi.

J'avais compris que Tout le mystère de la vie est accessible par la volonté et par la Conscience de celui qui est Pur, et Juste en Vertus.

A présent ma quête se poursuit dans la recherche de cet équilibre parfait de la pensée, je vais inlassablement la purifier jusqu'à ce quelle devienne blanche, cristalline.

Un jour peut-être serai-je digne de recevoir la Lumière, dans cette vie ou dans une autre. Je suis déjà une vielle âme, mais le chemin peut être encore long jusqu'à l'obtention du Rouge sublime des Alchimistes, l'Ultime Unification.

En attendant ce moment je perpétue la tradition des anciens alchimistes dans la lecture, la méditation et l’écriture des connaissances éprouvées.

 

Toute vie est une énigme, la réponse à la mienne fut la connaissance enfantée par la science des anciens, la philosophie de l'Esprit, l'Art Royal.

Être celui qui se crée lui même, par la voie du juste milieu.

 

La loi de Maât :

Juste de pensée, juste de parole, juste d'action, et trop de Maât n'est plus Maât.

 

Finis Gloriae Mundi

L'@lchimiste.
Les Anges de juillet
Initiation à la philosophie de l'Esprit

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
mercredi 14 novembre 2018

Image Captcha