• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

3 minutes de lecture (586 mots)

La protection de la planète commence par nos assiettes

La protection de la planète commence par nos assiettes

Nous avons aujourd'hui et toute l'année un vaste choix de légumes de fruits, ce qui réjouit grand nombre d'entre nous. Mais savez-vous ce que se cache derrière ce choix qui régale vos yeux et vos estomacs ?

L'impact sur notre planète est considérable, comparativement à ceux de saison. Tous les produits hors saison sont acheminés d'autres pays sur de longues distances.

Exemple :

Si vous achetez en février un kilo d’asperges mexicaines, vous achetez en même temps l’équivalent de 5 litres de pétrole. Les asperges suisses ou alsaciennes disponibles en mai nécessitent, elles, seulement 0,3 litre de pétrole par kilo.Tous ces produits subissent des désagréments - tenue dans des chambres froide - et vont se conserver moins bien ou être traités avec des produits en général chimiques ou injectés dans la culture dès leur mise en terre (s'ils sont plantés en terre)

Ils transitent dans des camions ou des soutes, cales où d'autres produits ont transité, l'hygiène y est bien souvent douteuse. Leur coût bien sûr devient alors attractif mais au détriment de nos petits paysans, et du travail de clandestins sous payé ou d'enfants.

La culture en plein champ et non intensive (qui ne leur permet pas d'avoir les même tarifs) de belles tomates bien rouges, bien grosses, identiques les unes aux autres, ne sont pas de beaux fruits, contrairement à l'idée reçue surtout quand celles-ci sont en plein décembre.

Nous pouvons nous procurer des produits du monde entier, et cela n'importe quand c'est vrai que ça donne envie. Mais vos choix de consommation, votre façon de vous nourrir, fait toute la différence pour notre planète, beaucoup pensent que nous n'avons plus de solution, que nous ne pouvons plus y faire grand-chose. Faux !!!

Tout commence par nos assiettes et notre façon de vivre, c'est notre façon de vivre et de consommer qui est responsable.

Ce qui a aussi des répercutions sur notre santé : Obésité, Fatigue, Stress, Migraine, Problème musculaire, de Dentition, sur tout notre organisme ; aussi les Ongles, les Cheveux, la Peau, bon la liste est longue...

Préférez les produits bio, locaux et de saison. Il est faux de croire que les petits commerces vous matraquent, je parle de fruits et légumes et vous savez ce que vous mangez.

Vivez avec les saisons, cuisinez les couleurs et associez les goûts, beaucoup de possibilités s'offrent à vous.

Concilier plaisirs de la table et préservation des ressources, c’est possible !

 

Voilà quelques astuces pour adopter un mode de consommation durable.

La viande (à consommer avec modération) :

  • La consommation de viande est à l’origine du tiers de l’empreinte écologique alimentaire. C’est beaucoup trop !
  • La consommation de viande ne doit pas être quotidienne, elle doit rester exceptionnelle.
  • Une à deux fois de Viande par semaine suffit largement : une volaille et une viande rouge.

Privilégiez les salades, les légumes, le riz, les pâtes et les fruits.

Vous réduirez ainsi votre empreinte écologique alimentaire de 10%. Si vous ne consommez de la viande que trois fois par semaine, cette réduction atteindra même 20%. L’élevage intensif a des conséquences néfastes sur les sols, l’eau et le climat.

Préférez la pêche sauvage que d'élevage - les élevages nourrissent en généralement les poissons à base de farine animale qui provient des équarrissages de viandes impropres majoritairement à la consommation avec un mélange d'antibiotiques - une fois par semaine suffit largement.

Insérez des algues venues de Bretagne, sources de vitamines et protéines. Les légumes secs et les fruits sec sont aussi des ressources non négligeables pour l'homme.

Kira

Un système qui élimine les antibiotiques de l’eau ...
LES MATSÉS. Nous ne connaissons pas les frontières

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
samedi 17 novembre 2018

Image Captcha