• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

7 minutes de lecture (1344 mots)

La légende de la fondation de l’abbaye de Fontevraud

La légende de la fondation de l’abbaye de Fontevraud

 

Tout avait commencé il y a bien longtemps au milieu du 4ème siècle.

En ces temps reculés et mémorables, Saint Matin qui était venu à Candes pour y finir sa pieuse vie, avait reçu une vision divine qui lui avait fait prédire que la forêt malfamée et diabolique de « Tort », dite aussi forêt « Tranche Col », qui couvrait tous les environs d’un vallon d’Anjou, serait un jour appelée en justice « La Forêt des prières ».

La prédiction du saint homme fut peu à peu oubliée et 7 siècles passèrent égrainant du chapelet du temps qui passe ses perles de l’histoire des hommes.

Puis un jour, sans crier garde, en ce lieu boisé de Tort – tranche-col, toujours aussi malfamé, sinon plus, s’enclenchèrent des événements qui allaient réaliser la prophétie de Saint Martin.

Voici l’histoire !


En cette année 1099, Robert natif du village breton d’Arbrissel situé près de la cité de Rennes, marchait sur le chemin creux qui devait le conduire au creux d’un vallon d’Anjou que lui avait indiqué l’évêque Pierre de Poitiers, afin qu’il y fonda une communauté religieuse.

Chemin Faisant, Robert se remémorait les étapes qui avait marquées jusqu’à ce jour, sa vie.

D’abord il avait été recteur de son village d’Arbrissel, puis il avait été appelé au service de Sylvestre de la Guerche, l’évêque de Rennes qui l’avait nommé archiprêtre. Il était parti pour Paris afin de compléter sa connaissance religieuse et en était revenu docteur en théologie fervent adepte de la réforme grégorienne. Il s’était alors réfugié à Angers où il s’était appliqué à lui-même le principe de pauvreté en devenant ermite il fonda en l’an 1095, son premier ermitage à Roé non loin de Laval.

Robert se souvenait aussi de sa rencontre du 11 février de l’an 1096 à Anger avec le pape Urbin le deuxième du nom. Ce pape qui l’année d’avant avait prêché la première croisade, avait apprécié ses prêches et lui avait alloué le titre de prédicateur apostolique itinérant, avec la permission de prêcher partout dans le monde. Per universum mundum.

Le jour commençait à baisser lorsque Robert était entré dans le sous bois de la grande et épaisse forêt de « Tort ». Il savait que ce lieu pesant et angoissant avait une effroyable réputation de coupe gorge, d’ailleurs ne s’appelait-elle pas aussi la forêt de « Tranche-Col ».

En plus des meutes de loups qui y régnaient en maître, cette futaie était le repère d’innombrables parias sans foi ni loi qui tuaient sans la moindre hésitation tout pèlerin ou voyageur cheminant seul ou en compagnie.

C’était tout juste si les soldats du sir Guillaume de Montsoreau seigneur des lieux, vassal du comte d’Anjou, y étaient en sécurité.

Depuis un temps déjà le sentier forestier sur lequel cheminait l’ermite, longeait un ruisseau qui, a un endroit, recevait les eaux d’une source sommairement aménagée en fontaine.

Robert avait trouvé cet endroit propice à un arrêt pour la nuit. Il s’était alors allongé sur la mousse du sous-bois, et s’était laissé gagner par le sommeil du juste.

Au même moment, non loin de l’endroit où s’était endormi Robert, sur une petite hauteur, comme il le faisait chaque nuit, un homme s’était hissé en haut d’une tour de pierre qu’il avait érigée de ses mains, pour y allumer un feu.

Les flammes naissantes avaient éclairées alors un visage placide, barré de cicatrices, qui était celui d’Evraud.

Brigand de son état, cet homme était d’une cruauté indescriptible qui lui permettait d’enlever une vie aussi facilement qu’on souffle une chandelle pour l’éteindre.

Evraud n’avait jamais connu d’autre endroit que cette forêt et il n’avait eu comme enseignement, que ce qu’il avait appris en observant les loups.

Lorsqu’il se risquait hors de sa forêt, ce n’était que pour se fondre dans les foules qui arpentaient les foires et les marchés ou qui venait écouter de grand sermons ou encore les prêches. Ce n’était certes pas pour essayer de devenir sociable ou pour faire du commerce ou encore pour devenir un enfant de Dieu, Certes non, il était là seulement pour soulager les badauds et badaudes de leur bourse et de leurs bijoux sans qu’ils ou elles ne s’en aperçoivent, ce qui était le mieux pour eux, car dans le cas contraire, la fine lame de son stylet les mettait hors d’état de crier ou d’ameuter.

Pour l’heure, le feu qu’il avait allumé sur cette tour de pierre, en ce début de nuit devait servir par sa lueur, à attirer en ce lieu, les pèlerins et voyageurs égarés qui traversaient la forêt de Tort, afin de se rendre à Candes lieu sacré où était mort Saint Martin. Là, dissimulés dans le noir, Evraud et sa bande d’acolytes semblable à lui, leurs tranchaient le cou d’un coup de hache ou d’épée, puis les dépouillaient de tous leurs biens, laissant aux loups le soin de faire disparaître les corps de ces infortunés victimes.

Après une terrible nuit où une dizaines de victimes étaient venues tomber dans le piège tendu par lui et ses truands, Evraud, à son habitude matinale s’était rendu avec certains de ses bandits à la source-fontaine pour s’y laver un peu, du sang de leurs innocentes proies.

Arrivé là, ils avaient vu Robert, l’ermite tranquillement endormi sur le tapis de mousse du sous-bois.

En à peine le temps qu’il faut pour le dire, les haches et les lames des épées dénudées des truands et de leur chef, étaient montées vers le ciel pour mieux s’abattre, avaient lancé leurs éclaires meurtrières sous le pâle soleil de l’aube.

En cet instant Evraud poussa un cri, il avait reconnu Robert qui s’était éveillé en sursaut et s’était mis debout pour faire face à la mort que lui destinaient les crapules.

Evraud avait vu plusieurs fois cet homme en guenilles à Angers et à Saumur. Délaissant ses occupations de rapines et de coupe bourses, il l’avait même écouté prêcher, l’amour de Dieu et la délivrance du tombeau du seigneur à Jérusalem. Il devait bien se l’avoué, la douceur des paroles de cet homme avait quelque peu fissuré la pierre qui, jusqu’à lors, lui avait servi de cœur.

Après avoir entendu le cri de leur chef, qui avait figé leurs bras armés, les brigands avaient vu alors Evraud se mettre à genoux en leur hurlant de jeter leurs armes et de se prosterner devant cet homme car il était homme de Dieu.

Tous avaient obéi à leur chef et Robert se retrouva seul debout entouré de visages prostrés marmonnant ce qu’ils pouvaient chacun se souvenir des paroles de prières qui n’étaient sorties de leur bouche il y avait une éternité.

Robert sensible à cette ferveur les avait tous convertis au bienfait de la parole de Dieu et les avait tous purifiés à l’eau de la source-fontaine.

Tous avaient voulu rester près de lui, alors il avait décidé qu’ils seraient ses premiers compagnons et que ce lieu serait celui où il allait bâtir une abbaye à laquelle il donnerait le nom de Fontevraud ou Fontaine d’Evrard.

La nouvelle du miracle qui avait transformé durablement des loups féroces en doucereux agneaux, avait couru dans tout l’Anjou, la Touraine et le Poitou. Elle fit venir en cette forêt de Tort, toute une foule hétéroclite composée de mystiques égarés qui voulaient retrouver le chemin de la vraie foi, de truands repentis, de paumés qui recherchaient un but à leur vie, de pauvres qui n’avaient rien d’autre que leur foi, de riches qui voulaient se racheter de leur égoïsme possessif. Ils avaient défriché autour de la fontaine d’Evraud. Ils avaient ouvert des carrières pour y sortir les bloques de pierre avec lesquels ils allaient construire l’abbaye.

Tous ces gens autour de Robert priaient, priaient encore et priaient toujours, faisant ainsi se réaliser la prédiction que Saint Martin avait faite il y avait 7 siècles, a savoir, la forêt de Tort ou de Tranche Col deviendrait un jour, la forêt des prières !

 

b2ap3_thumbnail_bbaye-de-Fontevraud.JPG



Texte et Photos :
(JR.).  © « Atelier Sant Johan ».
Reproduction interdite sans autorisation.

 

Publié avec l'aimable autorisation de Sant Johan

 

Le mythe d'Azéchiel
Les secrets de l’île de Pâques, de Malte et de la ...

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha