• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

7 minutes de lecture (1408 mots)

La confiance pour avancer…

La confiance pour avancer…

Je dois avoir confiance dans le fait que le message de tel ou tel messager est bon pour moi pour le suivre. C’est pour cela que le discernement est indispensable pour s’élever. Être vigilant est donc tout aussi important que la confiance en l’Autre. De nos jours nous donnons toute notre foi (confiance) aux scientifiques, mais la retirons aux sages. La peur de la manipulation, la trahison, l’ayant étouffé et nous ayant figés dans ce domaine entre paranoïa et peur. Puis de là on critique la société expliquant un vide dans les domaines de l’éthique. S’esclaffant que nous vivons dans une société scientiste qui en a oublié la sagesse. Mais Si comme on aime à l’entendre le changement collectif doit passer par le changement personnel, alors où en sommes-nous sur cette question ?

 coeur amour

Exister est un fait, vivre est un choix.

Le monde occidental dans lequel nous vivons est devenu « une chose » voir même pour certains « une marchandise » que nous consommons, où la dimension subtile de notre existence est douloureusement absente. Pourtant, l’appel du sacré est bien là, comme un autre réel caché derrière le voile de notre (in)existence. Nous vivons dans le XXIème siècle, le siècle où la population cherche un emploi qui se raréfie ou travaille 8h par jour, 6 jours par semaine pour tenter de gagner sa vie, qu’il a déjà. Cela est dû principalement au fait que cette société nous rend dépendante d’elle-même en nous infantilisant. Il y a encore pas si longtemps,  la majorité des produits que l’on utilisaient étaient fabriqués par les personnes qui les utilisaient et de ce fait chacun savait les réparer ce qui nous rendait autonome.

De nos jours si notre smartphone, télévision, voiture, four-micro-ondes, lave-linge…tombe en panne non seulement nous devons appeler un réparateur, mais il y a de grande « chance » que celui-ci ne puisse rien y faire et qu’il nous conseille d’acheter un nouvel article. Attention, ceci n’est pas une critique envers le progrès technologique qui nous a libérés de certaines formes d’aliénation et de pénibilité pour nous offrir plus de temps pour nos loisirs. Ceci est une remarque pour tenter de conscientiser comment une société de part sa vision économique et technologique, nous a virtualisé, nous coupant du savoir-faire jusqu’ici transmis de génération en génération pour nous focaliser sur une société basée sur le social et le service. Cependant comme nous l’avons vu précédemment, notre société en nous infantilisant, laissant la place à l’expert pour faire ce que notre éducation nous apprenait jusque-là, nous avons aussi perdu le savoir-être, nous virtualisant un peu plus pour faire un individu qui existe tout en oubliant ce qu’est le fait de vivre.

  consoles jeux

Vivre passe par une confiance en soi, en l’autre, et en la vie.

Comment peut-on vivre dans une société qui nous pousse à chaque instant à être dans la survie ? Partons d’un exemple. Imaginez-vous le matin partir au travail en voiture, lorsqu’un chauffard vous grille une priorité et évite de justesse l’accident. Le stress causé par cet évènement va sûrement nous énerver un moment, nous allons peut-être même crier sur la voiture en question. Puis en arrivant au boulot, nous allons raconter cette histoire à nos collègues autour d’un café pour rager sur les nombreux chauffards qui nous ont déjà fait le coup. Puis en fin de journée, allons raconter à notre époux, ou notre épouse ce qui nous est arrivé le matin même en soulignant les dangers de la conduite. Certes, la conduite du chauffard ne nous appartient pas et n’est pas de notre fait, seulement les répercussions que cela entrainera dans notre vie l’est. Le fait que nous allons rester en colère dans la voiture, puis ranimé cette colère au boulot, voir réveiller des colères enfouies chez des collègues qui ont vécu la même histoire dans le passé, et enfin la réveillé à nouveau dans le cercle familial en fin de journée et de notre responsabilité. Nous aurions pu, tout simplement être dans l’acceptation, c’est-à-dire non pas de valider la conduite du chauffeur, mais accepter qu’elle ai eu lieu, accepter que je puisse avoir eu peur, et ainsi passer à autre chose, laissant cette peur filer au lieu de la nourrir à chaque rencontre de la journée.

Cela pour dire que nous ne sommes pas responsables des actes des autres, mais que nous sommes responsables des répercussions que ces actes ont sur nous-mêmes et les émotions que ceux-ci engendrent. De nombreux médecins ont montré le lien étroit qu’il peut y avoir entre des émotions mal digérées et une pathologie physique qui s’inscrit dans notre corps. Tous messages ancrés dans le corps ressortent automatiquement, que ce soit par la parole, par les émotions ou par une pathologie physique. En cela il ne faut pas confondre la résignation qui est une émotion gardée soi-même sous le sentiment de ne pouvoir rien faire, et l’acceptation qui est une forme de lâcher-prise sur ce qui est, pour se libérer l’esprit et construire à partir de ce qui est, le changement que l’on souhaite. Il n’y a donc pas de validation du problème dans l’acceptation, mais bien un lâcher-prise émotionnel qui ne bloque que notre créativité positive, enfermé dans un sentiment négatif.

meditation acceptation

Il est temps de bien considérer ton comportement sur le chemin de la sagesse : es-tu excessivement rigoureux, grave et sérieux, alors apprends à rire et à danser avec les autres.  Es-tu excessivement enthousiaste et passionné, apprends à te poser et à te concentrer.  Folie et sagesse sont souvent étroitement liées, l’important étant de garder ce brin de folie que nous avions enfant, tout en gardant les pieds sur terre par la responsabilité des actes que nous faisons. La voie du milieu amène à vivre notre existence et non à la laisser défiler.

A notre époque, la société nous a tellement infantilisé que nous avons oublié la prise de risque qui est inhérente à la vie. Dans de nombreuses sociétés, la vie est vue comme une prise de risque constante de là, une personne âgée qui a réussi à vivre jusque-là est une personne pleine de sagesse qui a su prendre des risques tout en sachant comment éviter les pièges. Dans notre société où le risque est refusé, et doit être « réglé » par l’État, la personne âgée en devient une personne qui a bien écouté l’État et qui n’a plus grand-chose à apporter aux jeunes générations, qui de toute manière sont bien plus compétentes que les anciens sur les nouvelles technologies qui de nos jours guident nos vies. Accepter la part de risque inhérente à l’existence nous fait avoir un lâcher-prise sur les difficultés passagères et nous redonne confiance en à la vie.

3653_558744264171086_1583833247_n

En Occident, l’Autre est vu d’abord comme un ennemi avant de le voir comme un hypothétique ami, de là toute démarche de confiance est impossible. Cette vision, bien que basée fortement sur une vision utilitariste et libérale fortement ancrée dans notre culture depuis peu, est aussi basée sur la question du risque que l’on soit prêt à prendre en offrant notre confiance en l’autre. Plus nous avons confiance et donnons notre confiance en acceptant le risque que cela comporte, plus nous recevons la confiance de l’autre. Cela fait de notre vie un partage et un équilibre entre soi, le monde et l’environnement et non plus un combat permanent entre nous et le reste du monde.

face à face

Dans un ancien texte, une personne disait : « je ne crois que ce que je vois », et bien je pense au contraire que nous voyons que ce que nous croyons. De plus en plus de théories psychologiques montrent très bien cela, voir par exemple dans la gestalt, la théorie des formes. De plus je pense que cette vision dépasse largement le sens de la vue, et a une répercussion sur la manière dont nous nous plaçons dans le monde et le choix que nous faisons entre, survivre dans cette existence ou vivre pleinement cette expérience qui nous est proposée.  Si nous voyons la vie comme un combat permanent entre soi et le reste, la vie nous présentera des épreuves pour que notre croyance soit conforme à notre perception, si au contraire nous voyons la vie comme une expérience de coopération entre soi, les autres et notre environnement, alors notre vie ira dans une direction qui créé de la coopération, de l’entraide pour être conforme avec la perception que nous avons de l’existence. Nous avons tous ce choix à faire, le reste du voyage ne dépend que de nous.

Par : Le Veilleur

 

http://r-eveillez-vous.fr/la-confiance-pour-avancer/

L'alpha et L'oméga ...
Qu’est-ce que le couple conventionnel et le couple...

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
jeudi 15 novembre 2018

Image Captcha