• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

La Cité, tome 1 : La Lumière Blanche – Karim Ressouni-Demigneux

Fichiers disponibles

Aucun fichier téléchargé.

AngeAdmin vendredi 21 février 2014 20:30

« AVERTISSEMENT :

 

Dans la Cité, ne parlez jamais de votre véritable vie, sinon la lumière blanche vous accablera. »

 

Quatrième de couverture :

Imaginez un jeu révolutionnaire, totalement virtuel mais en temps réel. Un jeu où l'on pleure, où l'on saigne, à travers un autre soi-même. Un jeu où tout peut arriver, même mourir. Une énigme absolue où il faut tout découvrir, y compris le but du jeu… Ce jeu existe : il s'appelle LA CITE.

Comme dix millions de Terriens, Thomas a eu la chance de pouvoir entrer dans LA CITE. Et tout a changé... Peu à peu, il a rencontré les amis que LA CITE lui destinait, Arthur, Liza et JC. Avec eux, il a découvert ses pouvoirs. Il a aussi repéré ses ennemis, comme Jonathan, son copain de lycée... Puis tout s'est emballé.

 

Mystères et coups de théâtre se sont entrechoqués, ont submergé les esprits. Jusque dans la vraie vie...

 

L'auteur :

Karim Ressouni-Demigneux est né en 1965 d'un père marocain et d'une mère bourguignonne. Il est docteur en histoire de l'art et accompagne régulièrement des voyages en Chine ou en Italie, pays où il a vécu. Il écrit pour la presse et signe avec "Ce Matin, mon grand-père est mort" son premier roman.

 

 

Extrait :

«  L'emballage n'était pas particulièrement soigné. Il y avait juste un premier carton blanc, dans lequel on trouvait un second carton, noir, où il était inscrit :

Tout commence le 20 janvier.

Dans ce carton noir, il y avait trois autres boîtes... A l'intérieur de la première était placé le casque, ou plutôt le bonnet, un bonnet fait d'une matière élastique, entre le cuir et le plastique. En le touchant, on percevait à l'intérieur tout un réseau métallique. Il semblait fragile d'aspect, mais, en réalité, il est increvable, j'en sais quelque chose.

La deuxième boîte renfermait des gants minuscules, mais qui, comme le casque, s'ajustaient parfaitement à votre taille.

Dans la troisième et dernière boîte se trouvaient le module, un minuscule boîtier métallique, et les instructions. Ce n'était pas, comme pour mes autres jeux, un livre très épais. Il n'y avait que cinq fiches, que voici :

 

  • Tout est à découvrir, rien ne vous est donné.
    Vous n'allez pas seulement découvrir La Cité, vous allez y vivre, vous y perdre, y rencontrer de nouveaux amis, comprendre.
    Personne ne peut savoir comment les choses vont tourner, mais il est peu probable que La Cité soit épargnée par la violence. Faudra-t-il avoir peur, se cacher, s'unir, se battre ? La paix pourrait aussi régner. Ce sera à vous de décider.

  • Tout est possible, mais tout a des conséquences.
    Dans La Cité, un homme peut-il sans risque s'envoler ou porter atteinte aux autres ? Vous ne pouvez pas le savoir à l'avance.
    Mais la mort existe, elle rôde. Et vous pourriez quitter La Cité bien plus vite que vous ne le pensez.

  • Le temps n'est pas de votre seul ressort.
    La Cité ne dort jamais, mais vous, oui, et vous vivez aussi, dans votre autre vie. Il vous faudra y penser, y songer, y rêver.

  • La règle.
    Afin que La Cité soit autonome, nul ne devrait communiquer à l'extérieur. Pour ce faire, il existe une double protection.
    Nous savons bien que votre vie ne se limite pas à La Cité, et c'est tant mieux. Il est très probable que certains de vos amis jouent dans La Cité. Vous n'aurez pas besoin de notre autorisation pour discuter du jeu, pour évoquer ce que vous y vivez. Nous ne pourrons jamais contrôler ces échanges, heureusement. En revanche, dites-vous bien que la probabilité que votre ou vos amis puissent, dan La Cité, être des amis, plutôt que des ennemis, dites-vous que cette probabilité est quasi nulle. En effet, les affinités entre joueurs (qui induisent, vous le découvrirez, des pouvoirs particuliers) sont déterminés de manière aléatoire lors de l'établissement de votre profil.
    Par ailleurs, le logiciel de traduction qui, dans La Cité, permet à chacun de s'exprimer dans sa langue, veille également à ce qu'aucune coordonnée, aucun code ne soient transmis lors des échanges. Chaque manquement est susceptible d'être puni, et la peine peut aller jusqu'au bannissement.

  • Les premiers pas
    Il fat un certain temps pour s'habituer à bouger dans La Cité. Nous vous invitons donc, dès maintenant, à brancher le module de La Cité sur votre ordinateur et à vous rendre à l'adresse suivante : www.search-the-lost-time.com muni du code ci-joint, afin de constituer votre profil et de vous entraîner. Ce n'est que lorsque vous parviendrez à la dixième étape des entraînements que vous serez habilités à entrer dans La Cité le 20 janvier de l'année prochaine. »

  •  

  • Mon avis sur les 3 premiers volumes :

     

    Les histoires futuristes pour adolescents et autres dystopies fleurissent et celle-ci est très sympathique. Elle concerne un jeu en ligne d'une nouvelle génération : LA CITE. J'aime beaucoup le style narratif : dans le premier tome, c'est le regard de Thomas/Harry ; dans les suivants un petit astérisque nous signale qui parle. Ainsi, nous avons différents points de vue, différents profils psychologiques, nous appréhendons l'énigme qu'est La Cité de manière très riche. Au départ, en lisant le mot "Terriens" dans le résumé, j'ai supposé une action extraterrestre. En plongeant de plus en plus profondément dans les trois premiers tomes, j'ai arrêté de me poser des questions et j'attends la suite avec un grand sourire anticipé. Cinq volumes sont jusqu'ici annoncés...