• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

8 minutes de lecture (1682 mots)

Mes expériences personnelles chapitre 4

Mes expériences personnelles chapitre 4

Je termine et clos ces expériences personnelles avec ce dernier chapitre de ma vie.

Alors une fois que je me suis remontée de la dernière expérience que j'ai eu, j'ai rencontré un charmant jeune homme qui au premier abord était très gentil, mais au bout de 2 mois qu'on s'est mis ensemble, a changé totalement de comportement. Ce jeune homme avait aussi 2 enfants donc avec les 4 miens ça me faisait 6 à gérer toute seule car monsieur me laissait gérer toute seule. Je gérais maison, enfants, et aussi je voulais un peu travailler de mon côté mais un peu dur de gérer tout ça avec un mec qui me descendait à chaque fois que je faisais quelque chose. Donc, au bout de 2 ans et demi, je n'en pouvais plus car monsieur me quittait sans quitter la maison. Bien sûr il draguait d'autres femmes devant moi, me les amenait devant chez moi et pour lui c’était normal. Il ne payait pas le loyer donc je gérais finance, maison, enfants, et en plus pour lui j’étais bête car je n'avais pas de diplôme, donc j'ai décidé de demander de l'aide car j'avais un suivi de l'aemo depuis l'histoire de leur père.

J'ai demandé de l'aide pour m'aider à partir de la maison et trouver un appartement, et c'est là que l'on a placé mes 4 enfants. Je leur ai dit : non, je veux simplement de l'aide pour me trouver au plus rapide un appartement tout simplement. Elles m'ont dit : vous savez mme, c'est juste le temps que vous trouviez un appartement et on vous les rendra de suite. On fait un contrat administratif, donc dès que vous avez l'appartement, on vous les rend, ne vous inquiétez pas. Sinon comment vous allez faire pour votre déménagement ?

Vous êtes seule. Alors plusieurs fois : vous êtes sûres qu'on me les rend de suite ?

Oui oui, ne vous inquiétez pas mme, on vous les rend après ce contrat qui est de 3 mois, comme ça vous avez le temps de trouver. Vous voyez dans quel état vous êtes, vous êtes fatiguée, vous avez besoin de vous ressourcer. Voilà ce que j'ai entendu. Donc moi, à cette époque fatiguée de me battre, donc j'ai décidé de partir. Je me suis dit : dès que je trouve l'appartement, je récupère mes enfants. Elles ont peut-être raison. Mais le cœur fendu je signai ce contrat de trois mois.

Elles me disent : on peut les placer de suite. Je leur ai dit : ça va pas ! Laissez-moi ce week-end pour les préparer, vous allez pas me les prendre tout de suite tout de même. C'était le vendredi 25 août 2011, et ils me les plaçaient le 28 août donc j'ai eu le week-end pour leur dire que maman devait trouver un nouvel appartement et que c'était comme une colonie de vacances, mais qu'ils commenceront l’école là-bas en attendant que maman trouve une nouvelle maison pour qu'il n'entendent plus crier le jeune homme sur maman et que nous serons plus heureux sans lui. Je peux vous dire que ça a été dur de leur dire ça car je voulais les garder auprès de moi. Mais bon, pas le choix. Donc le jour le plus dur arriva. Elles sont venues nous chercher car je les ai accompagnés jusqu'au centre et les éducatrices, tout le long du chemin, parlaient de leurs vacances au chalet pendant que moi j'etait en larmes et complètement déchirée de cette séparation.

Donc quand j'ai déposé les enfants là-bas et que j'ai été obligée de repartir seule sans eux, c'était horrible, comme si je me déchirais de l'intérieur et se retrouver du jour au lendemain sans enfants... J'étais complètement paumée et à tourner en rond. Je m'en souviens, c'était horrible ! Impossible de faire quoi que ce soit, car se remémorer des souvenirs avec eux en étant dans le même appartement que l'autre qui m'a démolie et qui me harcelait en même temps. Et je ne pouvais les voir qu'un week-end sur 2 pour les grandes, et les 2 grandes étaient dans un foyer, et les 2 petits étaient dans un foyer différent. Donc on les séparait de leur mère mais en plus on les séparait de la fratrie. Je trouvais ça inadmissible. Mais bon, pour l'instant il fallait au plus vite que je trouve un appart en 3 mois donc j'allais à la mairie, ensuite à l'opac du Rhône pour qu'ils me trouvent en urgence un f5 car il me fallait au moins 4 chambres. Donc me voilà à aller tous les jours squatter l'opac du Rhône pour me trouver un appartement et le week-end j’allais voir les enfants et, au bout d'un mois et demi, j'ai trouvé un appartement qui était potable pour récupérer mes enfants. Mais l'opac me dit non j'en ai un autre, un f4 pour vous ça sera mieux. Je leur dis : non, moi je veux celui-là, point barre. Non, on en a d'autres pour vous, celui-là il est un dans un trou perdu. Je leur dis : non, je veux celui-là, c'est tout.

Alors, en insistant au moins tous les jours, ils ont enfin cédé. Je voulais déménager en octobre mais bon, mon déménagement a été repoussé au 9 novembre donc j'ai trouvé un déménageur plus un ami qui m'a aidée pour mon déménagement. Donc, soulagée de pouvoir enfin récupérer mes enfants, j'étais heureuse. Mais quand le contrat se termina, donc fin novembre, j'ai vu les éducatrices juste un peu avant qui me disaient : on va garder vos enfants car ils ont commencé l’école et on ne va pas les perturber. Alors que les petits, à chaque fois que je les appelais, pleuraient au téléphone. Ils me sortent ça ! j'ai dit : c'est ce placement qui les a perturbés, donc je les récupères comme vous m'avez dit. J'ai quitté le jeune homme, j'ai trouvé un appart qui les accueillerait. Donc vous allez pas me les garder.

Elles me font : si, car elles ont des soins qui n'a pas été fait et de toute façon on va les laisser finir l'année là-bas. Je leur dis : ah bon, vous croyez ça ?

Ok, vous m'avez dit une chose, vous revenez sur votre décision, j'ai été gentille maintenant ça ne va pas se passer comme ça.

Donc moi, énervée, je recherche sur le net des renseignement sur les placements et je découvre que les placements sont faits sur courte durée, donc j'appelle un avocat qui était vers chez moi mais lui me donne d'autres coordonnées. Donc j'appelle cette avocate qui me donne rendez-vous juste 1 jour avant le procès. Donc je lui donne les papiers que j'ai imprimés sur internet et je lui dis : maintenant j'ai besoin de votre aide pour récupérer mes enfants. Je lui dis : voilà le contrat est en administratif donc il se finit demain et les éducatrices veulent encore les garder alors que la seule condition etait de trouver un appartement. Je l'ai. J'ai fait des photos et je sais que les placements sont de très courte durée pour ne pas perturber les enfants. En plus ils n'ont pas le droit de séparer une fratrie et ils l'ont fait.

Donc maintenant à vous de jouer. Elle me dit : vous avez fait du droit madame ? Et pourquoi moi ?

Pourquoi n'avez-vous pas pris votre avocat de votre divorce ? Je lui réponds : déjà je n'ai pas pris mon avocat du divorce car là c'est mes enfants et pour moi et pour mes enfants il me faut un bon avocat. Donc c'est vous que j'ai choisie car je vous ressens bien et non je n'ai pas fait de droit ; c'est juste une maman qui veut récupérer ses enfants. Donc je me suis juste renseignée sur internet c'est tout. Voilà. Donc le jour arrive et me voilà devant la juge, le cœur serré, en espérant récupérer mes enfants. J'explique à la juge que la seule condition était de trouver un appart, donc ça a été fait. Je lui montre les photos. Elle demande : pourquoi Candice, à son âge, était placée car elle a besoin de sa mère et non d'un foyer ? Donc premier procès, je récupère les 2 derniers et je verrai les grandes tous les week-end et la moitié des vacances, et en juillet je les récupérerai si tout va bien.

Donc, arrivée en juin, procès qui arrive et on me dit : il sont replacés et viendront tous les week-end, plus toutes les vacances, plus le mercredi. Donc me voilà encore déçue et là, non résignée à leur avis, moi je décide de faire appel. Donc je ne reçois qu'en septembre le papier du juge donc je décide de faire appel, mais l'appel a été très long : plus de 8 mois. Presque à la fin du placement, donc à l'appel, enfin convoquée, ils me disent : alors que voulez-vous ? Je leur dis : que mes enfants rentrent à la maison pour juillet. Ben c'est ce qui est écrit madame. Oui mais si vous aviez pas duré aussi longtemps pour répondre à mon appel, ça aurait été différent, monsieur le juge, car j'en ai assez qu'on me ballade toutes les années. Il faut que ça s’arrête un jour. Ils me disent : on attend la décision. Le procès qui arrive et enfin mes enfants rentrent à la maison, mais toujours en placement extérieur et ça a duré depuis le 28 août 2011 et à la fin de cette année scolaire, j'espère ne plus rien voir des services sociaux.

Voilà mes expériences personnelles en 4 chapitres. A bientôt, pour de nouvelles aventures !

Mais dites-vous bien que je n'ai jamais baissé les bras. Il y a bien eu des hauts et des bas, mais j'ai toujours eu la foi que ma vie sera meilleure un jour.

Merci à l'univers de m'avoir donné cette force d'avancer pour toutes ces épreuves, et merci au seigneur, à mes guides et mes anges qui ont toujours veillé près de moi depuis le début. Je vous aime.

Libérer le corps de la cuirasse du mal-aimé
Mes expériences personnelles chapitre 3

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha