• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

2 minutes de lecture (471 mots)

Enseigner, s'instruire : Des responsabilités personelles Ivan Illich

Enseigner, s'instruire : Des responsabilités personelles Ivan Illich



« Contre cette volonté d’acquérir privilège et pouvoir qu’ont les détenteurs de la compétence professionnelle, au nom de leurs prétendus droits, on ne saurait imaginer de révolution sans une remise en cause de la conception même de l’acquisition du savoir. Ce qui nous conduit, tout d’abord, à reconsidérer la question de la responsabilité dans ce domaine, qu’il s’agisse d’enseigner ou de s’instruire. Faire de la connaissance une marchandise ne se conçoit que si on imagine qu’elle résulte de l’action d’une institution ou qu’elle satisfait à des objectifs institutionnels. » (Ivan ILLICH)

TEXTE :
« Pour dissiper ce mauvais enchantement, l’homme doit retrouver le sens de sa responsabilité personnelle lorsqu’il apprend ou enseigne. C’est ainsi que l’on mettra un terme à cette nouvelle aliénation ou vivre et s’instruire ne se rencontrent pas. »

« Recouvrer le pouvoir d’apprendre ou d’enseigner a pour conséquence que l’enseignant prenant le risque de s’immiscer dans la vie d’autrui doit assumer la responsabilité des résultats ; de même, l’étudiant qui se place sous l’influence d’un enseignant doit se sentir responsable de sa propre éducation. Dans une telle perspective, les institutions éducatives-si elles sont nécessaires-seront amenées à prendre l’aspect de centres ouverts à tous, où chacun puisse trouver ce qu’il recherche, où l’un, par exemple, ait accès à un piano, l’autre à un four céramique, ou à des enregistrements, des livres, des diapositives, ect. Aujourd’hui, les écoles, les studios de télévision, les théâtres et autres lieux similaires sont tous conçus pour être utilisé par des professionnels. »

« Déscolariser la société veut dire, avant tout, refuser le statut professionnel à ce métier qui, par ordre d’ancienneté, vient juste après le plus vieux métier du monde, j’entends l’enseignement ! »

« La qualification des enseignants constituent maintenant une entrave au droit à la parole, de même que la structure corporative et la carte professionnelle des journalistes en représente une au droit de la liberté d’information. La règle de la présence obligatoire est contraire à la liberté de réunion. La déscolarisation de la société ne saurait se concevoir que comme une mutation culturelle, par laquelle un peuple retrouve le pouvoir de jouir de ses libertés constitutionnelles. »

« S’instruire, enseigner appartiennent à des hommes qui savent qu’ils sont nés libres et qu’ils n’ont pas pour acquérir cette liberté à avoir recours à un traitement approprié. Quand apprenons-nous généralement ? Quand nous faisons ce qui nous intéresse. Ne sommes-nous pas, la plupart d’entre nous, curieux ? Nous voulons comprendre, donner un sens à ce qui se trouve en face de nous, à ce à quoi nous avons à faire. Ne sommes-nous pas capables d’un rapport personnel avec autrui, à moins que nous soyons abêtis par un travail inhumain ou fascinés par l’idéal scolaire ? »



●▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬-ஜ۩ஜ-▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬●


| Ivan ILLICH, « Une société sans école », § APPENDICE, Editions du seuil, 1971, p. 211/212]

Le flow
Tout ce qui n'est pas tout est nécessaire au Tout

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
mardi 13 novembre 2018

Image Captcha