• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

7 minutes de lecture (1466 mots)

De la religion, l'ancien testament

De la religion, l'ancien testament

POUR QUE S'OUVRE SON TROISIEME OEIL, IL FAUT D'ABORD SORTIR D'UNE VISION MATERIALISTE INVALIDANTE.

Dans notre Occident judéo-chrétien, chacun est soi-disant libre de se réclamer, d’appartenir à une religion ou non, mais même celui qui ne souhaite s’en réclamer d’aucune, ne pourra échapper à la puissante et incontournable influence de cet eggrégore hégémonique et dominateur.

La religion qui s’est et se nourrit encore de la plus grande concentration d’énergie individuelle, a toujours eu pour finalité d’occuper le pouvoir temporel, ce qu’elle a fait sans discontinuer pendant 15 siècles pour les Chrétiens, et lorsqu’elle a été forcée d’abdiquer, lors de la séparation de l’église et l’état, devant la Société civile et laïque d’une part, elle ne l’a pas fait de gaieté de cœur, avec les nombreuses manifestations de réticences tant sur le plan national qu’international. Et d’autre part, elle a eu suffisamment de pouvoirs, de moyens, de réseaux, d’adeptes et d’intégristes à sa disposition pour conserver de façon plus ou moins occulte, l’essentiel de sa toute puissance.

Ceci pour dire, que celui qui voudrait échapper en Occident à son influence, n’aurait pratiquement aucune chance d’y parvenir. Soit à cause des nombreuses fêtes calendaires dont la Noël est la plus influente auprès des jeunes générations, soit à cause des traditions encore fortement ancrées comme le mariage, le baptême, la communion, les cérémonies mortuaires, ou encore les nombreux édifices religieux de toute nature qui truffent le paysage, dont des cathédrales, églises ou chapelles qui occupent le centre du plus petit village le plus reculé du pays, et qui exercent leur omnipotente présence.

Nous avons vu que rien que la date, était imprégnée d’une très forte connotation religieuse, mais combien d’autres expressions du langage usuel ne véhiculent-t-elles pas d’arrière- pensées ou d’émotions originairement religieuses. Combien d’associations caritatives, culturelles, d’organisations médiatiques, dont le but n’est pas nécessairement avoué, agissent en rouage direct de son influence. Sans ignorer les nombreuses institutions éducatives ou organisations politiques.

Combien de partis politiques dans le monde se réclament d’une forme appelée « Démocratie Chrétienne». Quel délicieux oxymoron que celui de «démocratie Chrétienne ! Pourquoi pas le « Communisme Libéral », « Le Fascisme Anarchiste » ou encore « La Tyrannie Libertaire. » N’y a-t-il jamais eu de tendance réellement Démocratique dans la longue histoire politique de la Chrétienté au pouvoir ? L’infaillibilité autoproclamée du Pape, en est le plus flagrant démenti.

Si devant la sempiternelle querelle des Ultramontains et des Gallicans, l’eggrégore Religion a fait mine de céder le pas au profit des gallicans ; que ces derniers ne se réjouissent pas trop vite, la Mondialisation pourrait bien leur faire découvrir que l’eggrégore Religion n’a fait qu’un subtil repli tactique pour mieux se positionner sur un plan supérieur inattaquable et indétrônable.

- Elfi : C’est quoi cette querelle des Gallicans et des Ultramontains ?

- Il fut un temps, mon Elfi, où l’église de Rome prétendait que le Pape étant le représentant de Dieu sur terre, l’autorité des Rois était donc nécessairement subordonnée à la sienne ; Alors, que les Rois de France prétendaient être Rois de part la volonté Divine, ils n’avaient donc aucun compte à rendre à cette papauté et ne lui étaient en aucun cas subordonnés. Tout au plus étaient-ils prêts à reconnaître dans le Pape un Primus inter pares.

Cette querelle a été un puissant venin dans les guerres Picrocholines, mais néanmoins sanglantes, de religions, et pas seulement de religions. D’autant que ce repli tactique n’est en fin de compte qu’une subtilité sémantique, car les puissants pouvoirs secrets qui sont les siens, et qu’il exerce au travers des hommes qui lui sont totalement inféodés, comme ceux de l’Opus Dei ou des mystérieux Jésuites, entre autres, lui assure la garantie d’une immense influence, sur tous les plans, sans les inconvénients d’une surexposition médiatique le désignant comme responsable.

Son influence n’est en rien accessoire ou anecdotique dans le corps social, elle reste prépondérante, quant à l’archétype de morale qu’elle entend défendre et imposer, le législateur, pour laïque qu’il se réclame, ne peut jamais ignorer son omniprésence et les règles et prérogatives qu’elle fait peser sur la société tant religieuse que civile ; et malheur à ceux qui voudraient ouvertement le défier, ses pouvoirs de manipulations et de nuisances n’ont jamais été aussi conséquents qu’aujourd’hui, même s’ils sont les moins visibles.

N’oublions pas que l’eggrégore Religion peut se vanter d’avoir fait chuter le communisme, ce qui en soi n’est pas une grande perte pour l’humanité, mais cela donne une idée de ses capacités, ce qu’aucun chef d’état ne peut se permettre d’ignorer.

La première des choses qu’a faite la Russie libérée du communisme, c’est de construire de façon effrénée des cathédrales et des églises certes, pour le compte du rite Orthodoxe, mais c’est là une filiation directe. Et il est dans l’ordre des choses qu’avant de s’étriper entre frères ennemis, on pratiquera la Sainte alliance pour lutter contre l’ennemi commun, la libération de l’individu qu’induit cette hydre païenne que sont « Les droits de l’Homme » qui sont tout, sauf compatibles avec l’ordre et les finalités religieuses, quelle que soit la religion.

Lorsqu’un si puissant eggrégore assume depuis de nombreux siècles ou millénaires, une omniprésence tutélaire de cette importance, il est parfaitement normal de s’interroger sur sa légitimité ou celle qu’il revendique pour telle. Même si l’exercice n’est pas vu d’un œil bienveillant par le dit eggrégore, - et pour cause, sa responsabilité est si accablante dans de si nombreux désastres -, il n’en reste pas moins parfaitement salutaire pour qui ne souhaite pas sombrer dans les désagréments de la foi aveugle, qui est à la Foi ce que le mensonge est à la vérité.

Qu’il soit bien entendu, que chacun est parfaitement libre de croire ce qui lui convient le mieux, et qu’il n’appartient à personne d’en estimer le bien fondé ou d’en juger la pertinence, c’est une affaire entre son harmonie personnelle et les exigences de sa propre conscience. Toute croyance individuelle est infiniment respectable, tant qu’elle respecte les conditions de l’Art 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 :- « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi. »

Mais lorsqu’une religion a des ambitions, voire des prétentions hégémoniques, dominatrices, totalitaires et tutélaires, tant sur le plan culturel, social, politique, financier ; qu’elle pratique un prosélytisme musclé dans tous les sens du terme, qu’elle s’arroge le droit d’imposer ses dogmes croyances, rituels et préjugés, par tous moyens y compris la peur, la violence ou le terrorisme intellectuel, il est bon de temps en temps d’en vérifier le sérieux, l’intérêt général et la validité de la légitimité des prétentions qui sont les siennes. Et s’il venait à l’esprit de quelqu’un ou de quelqu’une de me demander le bien fondé de ma légitime interrogation sur ce sujet hautement sacralisé dans l’esprit du commun, je lui répondrais par cette délicieuse citation Biblique : - « Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. » (Saint Jean épîtres chapitre 4).

Ou bien encore ce que disait Bouddha : - « Ne croyez rien parce qu’on en fait courir le bruit, ou parce que beaucoup de personnes l’affirment, dit le Bouddha, ne croyez pas que ce soit une preuve de sa véracité. »

- « N’ajoutez aucune foi à quoi que ce soit, simplement sur la production d’une affirmation écrite par un ancien sage ; ne soyez pas certains que ce que ce sage a écrit, ait été revu par lui, ou qu’on puisse y ajouter foi. Ne croyez pas ce que vous vous imaginez, en pensant que, parce que la notion est extraordinaire, elle a dû être inspirée par un Déva, ou un être surnaturel. »

- « Ne croyez pas aux suppositions, c’est-à-dire, admettant quoi que ce soit d’emblée et au petit bonheur, pour en tirer ensuite vos conclusions calculant vos numéros deux, trois ou quatre, avant d’avoir établi votre numéro un. »

- « Ne croyez rien sur la seule autorité de vos maîtres et de vos instructeurs ; ne croyez et ne pratiquez rien seulement parce qu’ils le croient et le pratiquent. »

- « Moi (le Bouddha) je vous dis à tous, vous devez de par vous-même savoir que cela est mal, que c’est punissable, que c’est réprouvé par les sages ; une telle croyance ne fera de bien à personne, mais causera de la souffrance ; et alors, lorsque vous le saurez, évitez-là. »

 

Extrait du livre" Le troisième oeil et l'infini"

Claude Le Moal

Sortir du vortex, la méthode de la corbeille
Niveaux de compréhension

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha