• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

2 minutes de lecture (338 mots)

Comment influencer la sexualité de la mouche

Comment influencer la sexualité de la mouche

Un insecte hétérosexuel peut devenir temporairement bisexuel si l'on modifie la concentration d'une substance cérébrale appelée glutamate. Et ce, même s'il est adulte ! C'est ce que viennent de démontrer des chercheurs CNRS du laboratoire « Développement et communication chimique chez les insectes » à Dijon, chez l'animal star des laboratoires de génétique : la mouche du vinaigre, baptisée savamment Drosophila melanogaster, ou drosophile. Initiés par un ex-étudiant de Dijon en stage postdoctoral à Chicago, Yael Grosjean, et menés en collaboration avec le laboratoire des sciences biologiques de l'université de Chicago, ces travaux ont été publiés en janvier dans la prestigieuse revue scientifique Nature Neuroscience.

« Nous avons observé qu'un mâle drosophile devient bisexuel si l'on diminue le taux de glutamate baignant ses neurones, précise Jean-François Ferveur, chercheur CNRS du laboratoire dijonnais. Alors, l'insecte est attiré par les stimuli sensoriels – ou phéromones – des autres mâles qui normalement le repoussent. Conséquence, il augmente fortement son temps de parade envers les autres mâles – de cinq fois –, sans perdre pour autant son attirance pour les femelles. »

Une mouche drosophile mâle, ici en copulation, peut devenir temporairement bisexuelle si on modifie le taux de glutamate dans le cerveau.

Pour arriver à cette observation, les chercheurs ont étudié des mouches génétiquement modifiées au niveau d'un gène, qui rend l'insecte bisexuel quand il est muté : le gène Genderblind, signifiant littéralement « qui ne distingue pas le sexe du partenaire ». Chez les mouches bisexuelles, la mutation de Genderblind entraîne une diminution de la concentration du glutamate autour des jonctions entre neurones, les synapses. D'où la conclusion des chercheurs que c'était cette chute du taux de glutamate qui rendait les mouches mâles bisexuelles.« Notre résultat est très important, car il montre que le fait d'être attiré par l'un ou l'autre sexe n'est pas définitivement ancré chez cet insecte, et que l'on peut modifier ce comportement sans toucher à l'organisation des neurones, mais seulement en changeant l'environnement moléculaire de ces derniers », conclut Jean-François Ferveur.

Image © C. Everaerts/UMR-CNRS5548 Dijon

SOLIDAYS 2013
Centre Afrique, l'espoir après le chaos !

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
vendredi 16 novembre 2018

Image Captcha