• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

2 minutes de lecture (359 mots)

Brésil plus de violence ...

Brésil  plus de violence ...

La police dans le sud du Brésil hier ont tué un Terena indiennes et blessé plusieurs autres, tout en les expulsant violemment de leurs terres. Les membres de la tribu étaient retournés vivre sur une partie de leur territoire ancestral actuellement occupé par un éleveur qui est également un politicien local.

Ailleurs au Brésil, une ordonnance d'expulsion a été signifiée à Kayapo, Arara, Munduruku, Xipaya et des Indiens Juruna occupant le très controversé barrage de Belo Monte site. Des policiers armés ont encerclé les manifestants et les tensions sont en hausse sur fond de craintes qu'il y aura la même violence.

Indiens Munduruku protestent également la construction d'un barrage sur le fleuve Tapajós. Un Munduruku a été abattu lorsque la police a envahi une communauté Novembre dernier.

Paygomuyatpu Munduruku dit : « Le gouvernement est en train de préparer une tragédie. Nous ne laisserons pas ici. Le gouvernement nous a ignorés, nous offensé, nous humilier et nous assassiner... Ils nous tuent parce que nous sommes contre les barrages. »

La Constitution brésilienne et du droit international consacrent le droit des peuples indigènes à être consultés sur les projets sur leurs terres. Pourtant, une série de projets de loi et les amendements constitutionnels proposés par un lobby agricole et minière puissant menacent de saper ces droits fonciers. Les Indiens sont en colère parce que, en dépit d'être en poste pendant deux ans et demi, la présidente Dilma Rousseff n'a pas encore rencontré des Indiens.

Survival International appelle le président Rousseff pour stopper l'expulsion des manifestants indigènes, de consulter avec les Indiens, et de reconnaître les territoires des tribus Terena immédiatement.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : « L'histoire se répète. Le rapport Figueiredo, relatant les atrocités génocidaires d'une génération passée, a été mis au jour à exactement le même temps que de nouvelles attaques contre les Indiens se déchaînent. Les meurtres d'Indiens ne devraient pas être tolérées nulle part, et encore moins dans un pays prévoit d'accueillir des événements sportifs mondiaux. »

L'occupation de Belo Monte est le dernier d'une série de protestations contre l'échec du gouvernement à consulter la population indigène.

Kira Lestat - traduction Google

Centre Afrique, l'espoir après le chaos !
Des bactéries dans un milieu isolé depuis 1,5 mill...

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
mardi 20 novembre 2018

Image Captcha