• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

18 minutes de lecture (3549 mots)

Méditation sur les chakras

mditation-sur-les-chakras

La méditation sur les chakras est un exercice à niveaux multiples, et une expérience merveilleuse. Elle demande de la concentration intérieure (le premier pas en toute méditation) puis une aptitude à la visualisation, et plus tard l'utilisation du son.

Le processus est si complexe qu'à mon avis l'approche la plus simple consiste à décrire ce que je fais dans cette forme de méditation.

J'ai choisi de m'aligner avant de quitter mon lit et de commencer ma journée. En général, je travaille sur mon chakra au réveil. Dans cet état de conscience alpha qui est bon conducteur pour l'écoute des directives et des orientations chuchotées par le Moi intérieur, je reste étendue sur mon lit et je commence par le chakra de base. J'en visualise la couleur rouge et fais tourner la roue que je « sais » être là (le sens dans lequel elle tourne est sans importance. Certains préfèrent voir une pulsation). Parfois je « vois » le rouge de l'énergie au centre, parfois pas, mais, quoi qu'il en soit, j'accepte son existence et je fais tourner le chakra rouge par la grâce de ma propre acceptation. Il m'arrive de sentir la chaleur pourpre de l'accélération dans le centre situé à la base de ma colonne vertébrale.

Comme le chakra de base gère les affaires du plan terrestre et la compréhension du plan physique, je dirige mon conscient de manière à le faire fusionner avec les décharges émotionnelles de ma vie et j'amalgame les sentiments correspondant au rouge tournoyant. Le chakra de base régit les réponses de l'adrénaline relatives à la fuite ou à l'attaque. Je m'autorise donc à utiliser le tournoiement comme un élément apaisant sur ce que je découvre d'inquiétant.

Le blocage au niveau du chakra de base indique que les sentiments d'un individu ont été conditionnés par la honte et le mépris qu'il éprouve pour lui-même et le défaut de compréhension de ses propres fonctions. Ces sentiments ont besoin d'être clarifiés et équilibrés. Ensuite, dans cet état d'équilibre, je communique à la terre ma confiance en elle. Je sais qu'elle me traitera en fonction directe de la manière dont je la traite. C'est le processus du retour à la terre.

Certains jours, je ne pense pas du tout à la Terre-Mère ni à mon intention de vivre sur elle. Je « vois » simplement rouge et dissipe ma colère en méditant sur le rouge du chakra de base. Quand je suis bien concentrée dessus, ma colère disparaît. Si mes reins me posent des problèmes, je médite plus longtemps et je fais tourner le chakra plus vite en raison de son influence sur les reins. Si je me sens paresseuse, en baisse d'énergie, je visualise les glandes surrénales et tourne l'énergie rouge vers elles, car je sais que le chakra de base extériorise les glandes surrénales. Il n'est pas indispensable de savoir où elles sont situées, mais il est nécessaire d'en connaître l'existence.

Je suis extrêmement volontaire. Aussi, quand j'équilibre mon chakra de base (celui qui canalise les énergies de la volonté humaine) avec les chakras supérieurs plus ésotériques de la vibration divine, je suis plus facile à vivre. Autrement dit, quand je mélange le rouge du chakra de base au violet du chakra couronne, je me sens mieux. Quand j'oublie ou ne prends pas le temps de le faire, je sens la différence et, pour être franche, mon entourage aussi.

Après le chakra de base,je passe au second chakra orange situé dans la zone de reproduction. Ce chakra gouverne les pulsions physiques et émotionnelles de la créativité et de la sexualité. Le second chakra est le centre de notre origine physique. C'est de lui que découlent notre énergie créative, nos attitudes à l'égard du péché et de la culpabilité. Lorsque nous méditons sur lui, il nous aide à visualiser et à diluer ces attitudes négatives dans sa lumière orange éclatante. Au plan subliminal, je veille à ce que le rouge du chakra racine continue à tourner, mais le foyer de concentration est l'orange.

La méditation sur ce chakra remonte à des milliers d'années dans les traditions hindoues, où le corps humain est considéré comme un temple dédié à la sensualité spiritualisée. Les partenaires n'imaginent pas que leurs relations cesseront à leur mort, mais qu'ils seront unis en communion divine pour l'éternité ; qu'elles seront revécues à nouveau physiquement lorsqu'ils prendront la décision de se réincarner. C'est dire que la gratification sexuelle et le plaisir immédiat ne sont pas les objectifs recherchés par les êtres qui dominent leurs activités sexuelles, lesquelles, de nos jours, finissent trop souvent dans la colère, la douleur et la rancoeur.

Comme nous l'apprennent les textes sanskrits de l'Inde antique, au cours de ces périodes tantriques, le sexe ne pouvait ni lier les êtres lorsqu'il existait dans leur relation, ni les séparer quand il en était absent. En revanche, les deux vies étaient connectées à un sentiment supérieur de fusion totale et de créativité. Le masculin et le féminin étaient considérés comme des expériences d'échanges d'énergies complémentaires. Le second chakra n'était pas uniquement le centre de la sexualité, mais bien davantage un lieu de « séjour créatif et originel ».

La méditation sur le second chakra est une manière d'affronter la peur de n'être pas créatif, donc improductif. Quand nous la réussissons, elle peut nous faire comprendre, fondamentalement, que le corps est essentiellement un agrégat de particules universelles sculptées par le Sur-Moi pour expérimenter l'existence physique et honorer avec sincérité le contrat conclu pour cette vie. Lorsque cette mission est achevée, les particules se dispersent et deviennent une partie de la terre (sur laquelle la vie a été expérimentée). Et avec le temps, ces particules réintègrent l'univers.

En méditant sur le second chakra, il apparaît plus clairement que le Sur-Moi n'est jamais dispersé. Qu'il est, en réalité, le compositeur de ces particules et de la symphonie de la vie. Le compositeur et le composé ne font plus qu'un pendant un moment, et cependant il est possible de faire la distinction entre les deux.

Quand je visualise le second chakra, j'aime utiliser l'image d'une orange juteuse. Je trouve plaisant de faire tournoyer le jus et la couleur orange à travers l'appareil reproductif, d'observer comment il le nettoie de tout sentiment conflictuel, de toute confusion, de toute inquiétude, comment il régit mon comportement intime et les relations créatrices. La méditation au jus d'orange est vraiment très satisfaisante.

Il convient de mentionner ici que nous méditons et visualisons tous, que nous appelions cela ainsi ou autrement. Quand, par exemple, il nous vient un fantasme sexuel, nous visualisons. Si nous visualisons ce fantasme au point qu'il affecte le corps (orgasme), nous pouvons constater que le pouvoir de l'esprit peut effectivement affecter le corps. Le même processus de visualisation peut aider aussi à guérir le corps.

Les centres chakras tournent spontanément dans leur propre couleur, mais on peut visualiser l'accélération de leur rotation. Il n'est pas indispensable de « voir » les couleurs que vous faites tourner, si vous vous souvenez du « sens » de ces couleurs. Donc, si j'ai du mal à visualiser, par exemple, le rouge, je renforce cette visualisation par le souvenir d'une pomme d'un rouge vif, ou celle d'un rubis ou de toute forme rouge qui me plaît davantage. L'image choisie suffit à inspirer la réalité de la couleur sur laquelle je veux méditer. Avec de la pratique, la visualisation des couleurs devient plus facile.

Il est important d'équilibrer le troisième chakra, ou chakra du plexus solaire, notamment lorsqu'une voltige émotionnelle survient dans votre vie. Ce chakra régit nos attitudes à l'égard du pouvoir personnel. C'est celui de la sensibilité et le siège de l'ego.

Le plus grand obstacle à notre développement et à l'équilibre du troisième chakra est l'ego. Il est connecté à la peur de perdre quelque chose, quelqu'un, ou une partie de soi. De cette peur naît le besoin de manipuler, de brutaliser et de contrôler la vie des gens d'une façon détournée. Quand nous parvenons à harmoniser le troisième chakra, nous nous aimons mieux nous-mêmes, gagnons de l'assurance et, par conséquent, nous sommes plus aptes à briser les attaches négatives de l'ego.

Dans les relations qui provoquent des désordres émotionnels, le pouvoir personnel et l'ego sont toujours en cause dans ce qui heurte nos sensibilités. J'ai constaté qu'en visualisant et en méditant sur le chakra jaune du plexus solaire, en dirigeant la couleur jaune pour en baigner mon plexus, je parvenais à me décontracter et à « permettre » à n'importe quoi d'arriver. L'effet calmant requiert une qualité de jaune ensoleillé, dans laquelle la vibration du désordre émotionnel se fond, quel qu'il soit. La graisse que j'avais accumulée dans cette zone a commencé également à fondre, car la graisse, c'est la colère rentrée et bloquée.

La nature nous a pourvu d'outils pour nous guérir. Encore faut-il avoir confiance en leur pouvoir, car tout dépend de la force de notre foi. Les couleurs sont des instruments doués de pouvoirs, mais ne peuvent servir que dans la mesure où l'on est disposé à les utiliser.

Baigner de lumière jaune le pancréas qui régit les fonctions du foie, de la rate, de l'estomac et de la vésicule biliaire contribue à calmer et détendre le système nerveux. L'équilibre du troisième chakra est lié à la façon dont nous usons, abusons, mésusons de notre pouvoir personnel. La pire insulte que l'on puisse décocher à quelqu'un, c'est de le traiter de « jaune ». On lui signifie ainsi qu'il est « dégonflé » dans son comportement personnel et que son pouvoir est rongé par l'insécurité. Fascinant, non ?

Quand on estime que la roue du troisième chakra tourne bien en équilibre, qu'il est affermi dans le rôle qu'il joue dans notre vie émotionnelle, l'effet est saisissant. Le jaune est une couleur solaire. La soleil, notre source de chaleur et de pouvoir, nous fait nous sentir bien. Il éclaire nos esprits. Nous ne pouvons nous passer de sa chaude lumière jaune pendant très longtemps. Grâce au pouvoir de la visualisation, il est possible de créer une sensation interne de chaleur solaire. Notre sensibilité se sent rassurée par l'acceptation de notre pouvoir personnel, cette province gouvernée par le chakra du plexus solaire. Lorsque cela se produit, l'estomac, le foie, la vésicule et la rate se décontractent, vibrent à une fréquence plus régulière et nos problèmes d'ego diminuent d'intensité.

En visualisant l'orange, nous faisons émerger les énergies créatives et sexuelles du second chakra dans la sensibilité et le pouvoir personnel du troisième chakra. Si nous colorons cet équilibre de rouge, nous enracinons notre compréhension de l'équilibre émotionnel rétabli dans nos relations physiques avec la terre. Ce processus contribue à nous débarrasser de la peur et du dilemme « j'attaque ou je fuis ? » du premier chakra.

Toute la panoplie des pulsions physiques et émotionnelles s'exprimant à travers les sept chakras peut donc être modifiée, équilibrée et alignée en jouant consciemment avec les vibrations des couleurs de l'arc-en-ciel. On peut se servir de son corps comme d'un instrument. Ces couleurs sont à notre disposition à tout moment de notre vie. Elles opèrent et tournoient en harmonie, que nous le reconnaissions consciemment ou pas.

Là encore, nous sommes ce que nous sommes conscients d'être. Et être plus conscient de la valeur des chakras, c'est être plus conscient de son propre pouvoir intérieur. Être conscient de son pouvoir intérieur, c'est comprendre la potentialité de notre pouvoir extérieur. Nous pouvons créer ce que nous voulons à l'extérieur en reconnaissant le pouvoir caché à l'intérieur. L'enjeu de la vie revient alors à savoir comment nous créons ce pouvoir extérieur et ce que nous en faisons quand il s'agit de nôtre. Ce qui nous conduit à l'examen des quatre chakras supérieurs situés au-dessus du plexus solaire.

Comme le quatrième chakra gouverne le cœur, quand nous méditons et visualisons sa couleur verte, nous le stimulons afin qu'il soit plus efficace dans sa gestion des sentiments amoureux et qu'il équilibre aussi les systèmes endocrinien et immunitaire. L'irradiation produite par la pulsion amoureuse peut guérir le corps entier.

La méditation sur le chakra du cœur favorise le processus amenant à l'amour de soi, pour que l'amour des autres soit facilité. L'assurance qui en découle dégage une vibration subtile qui est ressentie par la famille, les amis, les collaborateurs dans la vie professionnelle. Nous recevons des autres ce que nous avons déjà vu et créé en nous-mêmes. Notre sécurité intérieure crée la sécurité chez les autres. Tout ceci s'élabore dans le centre du cœur.

Quand je médite, je commence parfois par le chakra du cœur, car tout ce qui se passe dans nos vies découle essentiellement du cœur. Je visualise le vert brillant d'une émeraude et je me souviens que l'on donne à la terre le nom de planète verte. La vibration du vert est apaisante et génère la vie. Sur terre, il existe plus de vert que toute autre couleur parce que notre planète est vibrante de vie.

Il m'arrive d'infuser le vert du chakra du cœur dans le jeune du plexus solaire avant de passer aux chakras rouge et orange. On peut jouer à cette thérapie des couleurs de tant de façons que le jeu devient une aventure dans le théâtre de mon conscient. J'ai vite senti les diverses fréquences vibratoires et j'ai pu opérer en harmonie.

Par exemple, les couleurs que je choisi de porter influent de façon décisive sur mon conscient au cours de la journée. Un vert éclatant correspond à une prise de position définitive en raison de la fréquence qui lui est attachée. Les gens sont « verts de jalousie » lorsqu'ils se sentent privés d'attention et d'amour.

Quand nous sommes rouges de colère ou d'appréhension, nous ressentons les symptômes « d'attaque ou de fuite », le syndrome du premier chakra. Si l'on est en colère, porter du rouge ne fait que l'attiser, à moins de le mélanger à une autre couleur. On peut le neutraliser avec du vert, car les vibrations du cœur aident à calmer la rage.

Le cinquième chakra, portant aussi le nom de chakra de la gorge, est celui que nous ferions tous bien de reconnaître afin de méditer sur lui car il s'agit du centre par lequel nous communiquons, nous exprimons et formulons nos jugements sur les autres. Il règne aussi sur les organes qui convertissent l'air que nous respirons en expression : les poumons, les cordes vocales et l'appareil respiratoire.

Étant donné qu'il est le chakra du jugement et de l'expression, quand nous méditons, il nous aide radicalement à renoncer aux mauvais sentiments éprouvés à l'encontre des autres. Je commence par me demander quelles sont les raisons d'un tel ressentiment. S'agit-il d'espérances déçues ? De l'amertume née d'un sentiment de rejet ? Me sentirais-je trompée, en quelque sorte ? De bien des façons, nous nous sentons souvent coupés des autres par les montées de colère nées dans notre esprit. Elles nous aliènent et ne servent qu'à nourrir les mauvais sentiments. Laisser tomber ? Cela paraît simple, quand on le dit. Et en fait, c'est simple mais pas facile à faire. Nous nous cramponnons à la haine, à la colère comme à un ancrage. Et ces sentiments, effectivement, nous enchaînent. La colère nous confère un rôle dramatique, nous enflamme, dégage de l'énergie, définit une relation. Elle nous enchaîne même à la peur inconsciente de ce qui pourrait remplir le vide si nous nous en libérions ! Mais quand nous sommes capables d'y renoncer, le soulagement nous submerge et l'amour aussi.et nous constatons que l'amour est la colle qui fait tout tenir, la voie de communication des âmes. Ces mêmes jugements qui nous ont fait rejeter par les autres sont dès lors compris et bienvenus, car ils sont porteurs d'une énergie rénovée et positive. Nous savons mieux quand il convient de parler ou de se taire et comment le faire avec plus d'efficacité. Nous avons jeté l'ancre dans un flux d'amour.

Si j'éprouve le sentiment d'être incomprise, je médite sur le chakra bleu de la gorge afin de me débarrasser des blocages qui m'empêchent d'être claire. Quand le malentendu est d'ordre sexuel, j'y mêle de l'orange. S'il s'agit d'un problème émotionnel avec mon propre pouvoir personnel, je mélange du jaune au bleu. Si je veux être particulièrement aimante afin de pouvoir dire à quelqu'un une amère vérité, je mélange au bleu le vert du cœur.

Le blocage dans le chakra de la gorge peut être causé également par la peur d'émettre votre propre vérité. Vouloir constamment plaire aux autres en sacrifiant votre propre expression de la vérité peut développer une frustration intense dans la communication.

Chaque fois que je me prépare à dire quelque dure vérité sur quelqu'un, j'essaie de me souvenir de visualiser du bleu et je le mélange à un vert superbe venu du cœur avant de parler. De cette façon, d'une part, j'épargne les autres de ma rudesse et, d'autre part, je m'épargne le retour karmique inévitable de ma dureté retournée contre moi. Il est vrai aussi que, la plupart du temps, je suis tellement emportée par mon propre jugement et le besoin de l'exprimer que j'oublie. Pourtant, beaucoup d'inconvénients pourraient être évités par la discipline de la méditation sur ce que représentent les couleurs des chakras qui ouvrent la piste des sentiments à explorer. Votre éveil grandit rapidement, à tel point qu'en l'appliquant à votre vie vous découvrez que votre expérience améliore votre existence, car consciemment vous êtes en harmonie. Ce que je trouve miraculeux, c'est que cet alignement soit toujours là, disponible, que l'on en soit conscient ou pas. Mais ce n'est qu'en reconnaissant consciemment, délibérément, notre harmonie naturelle que nous pouvons bénéficier de son énergie. Nous sommes ce que nous avons conscience d'être.

Le sixième chakra, ou troisième œil, ou chakra de la face, situé dans une zone très visible, derrière le centre du front, commande la manière dont nous nous présentons à la face du monde. Si nos traits sont crispés par les soucis et l'anxiété, nous pouvons les détendre en méditant sur la couleur indigo. Elle nous permet de nous accorder sur notre vision intérieure, notre idéalisme et notre imagination. Le troisième œil extériorisant la glande pituitaire, il gouverne une grande partie du cerveau antérieur et le système nerveux. Il régit aussi toutes nos allées et venues dans nos pensées et nos visions. C'est le centre de l'éveil de la conscience.

Nous pouvons nous servir de l'énergie intérieure à notre gré. Le choix de nos pensées détermine les manifestations externes. Grâce à notre troisième œil, nous pouvons aménager et orchestrer notre énergie divine intérieure.

Je médite sur le troisième œil quand je veux manifester à l'extérieur un aspect de moi. La composition de couleurs et de sensations de nos vies est potentiellement illimitée. Plus je travaille à cette tapisserie en y adjoignant des éléments spirituels, métaphysiques et des vibrations d'énergies, plus elle avance et plus c'est amusant.

La fréquence des vibrations du septième chakra est supérieure à celle de tous les autres chakras. Le violet oscille plus vite que toute autre couleur et à juste titre, car par le chakra couronne s'opère la divine intégration finale. Plus haut nous allons, mieux nous pouvons voir clairement d'où nous venons. Cela vaut au sens physique comme au sens spirituel.

La colère, vue du chakra du cœur, fait place à la compréhension, la haine à l'amour, la possession à la liberté.

De cet avant-poste privilégié, nous voyons plus facilement les noires émotions de la peur, de la dépression, de la haine – j'en passe et des meilleures – saper notre énergie et, pour finir, nous faire tomber malades.

Les problèmes qui nous avaient paru colossaux deviennent alors saugrenus, non qu'ils aient diminué de taille, mais parce que nous sommes devenus plus grands qu'eux.

Dans cette lumière nouvelle, l'existence ouvre des possibilités illimitées. On ressent de la compassion pour ceux qui ne la voient pas encore ainsi. On se revoit en eux, et on se souvient à quel point c'était difficile. Notre comportement dépend toujours de la façon dont nous nous percevons nous-mêmes par rapport au monde extérieur.

Il est dit que lorsque l'on fait l'expérience de la flamme violette on vibre en parfait alignement avec la force de Dieu existant en nous.

Si nous éprouvons le besoin de spiritualiser un des chakras « inférieurs » et les émotions qui lui correspondent, il convient d'intégrer à nos visualisations et à nos méditations la couleur violette, afin d'infuser dans le conscient sa fréquence divine. Il importe de ne pas se concentrer uniquement sur les couleurs associées aux chakras, mais d'y intégrer aussi les émotions qui s'y rattachent et que vous souhaitez dissiper. Le langage des couleurs peut guérir, car la guérison s'opère fondamentalement par l'alignement réussi du conscient avec les centres spirituels.

Je combine généralement à mes chakras alignés et assainis les fréquences lumineuses de toutes les couleurs, et je visualise, au-dessus de ma tête, une lumière blanche éclatante. La lumière blanche résulte de la combinaison de toutes les fréquences lumineuses.

Cette lumière blanche que tant de personnes décrivent pour l'avoir vue au cours de leurs expériences « hors de leur corps » est – pourrait-on dire – l'infusion de toutes les fréquences émotionnelles. Lorsque sa réalisation est parfaite, elle devient l'essence de Dieu.

Pour cette raison, lorsque vous vous entourez d'une bulle de lumière blanche, vous êtes, en essence, entourés de la lumière de Dieu, au sein de laquelle vous êtes aimés et protégés et, en retour, aimants.

Et là encore, vous devenez ce que vous visualisez, à l'image de Dieu.

Extrait de « Le Voyage Intérieur », de Shirley MacLaine
De l’œuvre au noir à l’œuvre printanière : D’un fe...
L’éveil de l’intuition

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
mercredi 20 juin 2018

Image Captcha