• A la mémoire des perceptions et des expériences ..

6 minutes de lecture (1166 mots)

7 façons de cultiver la simplicité

7 façons de cultiver la simplicité

Dans notre monde devenu si complexe, la plupart d'entre nous avons perdu contact avec la simplicité. L'idée même de simplicité semble déroutante, et même effrayante, tant nous sommes habitués aux choses compliquées.

Pourtant, notre vraie nature, celle qui n'est pas entravée par les conditionnements multiples auxquels nous nous sommes soumis, est dans son essence simplicité. Lorsque nous parvenons à échapper à l'emprise de nos sens et de notre mental agité, nous goûtons la simplicité. Pour en faire l'expérience, il y a des gestes simples que nous pouvons poser. En voici quelques-uns.

 

1- Apprécier l'instant présent.

La simplicité commence par l’appréciation du moment présent, ici et maintenant. La plupart du temps, nous sommes déconnectés du présent, à cause des souvenirs passés et des projections futures qu'entretient de façon irrépressible notre mental agité. Et lorsque nos sentiments alternent entre la nostalgie – ou le regret – du passé, et la peur – ou l'attente – du lendemain, nous ne pouvons apprécier l'instant présent. Nous édifions un échafaudage complexe de souvenirs, d'aspirations, de désirs, de projections, et nous nous coupons de la réalité présente. Pour échapper à cette confusion mentale, nous devons faire une chose simple : revenir à l'instant présent. Ici et maintenant.

 

2- Pratiquer la respiration profonde.

La respiration profonde, en relâchant les tensions, et en apaisant le mental, nous permet de faire le vide de nos pensées. Elle nous aide à nous reconnecter à notre être intérieur, et ainsi reprendre contact avec notre plénitude originelle. Nous pouvons goûter au plaisir de nous reconnecter à nous-même, à notre source intérieure, source de paix et de contentement. De ce contentement naît le besoin de retourner à l'essentiel, et de retrouver la simplicité que nous avons perdue au contact de notre société matérialiste, créatrice de besoins et de complexité. Chaque fois que nous prenons le temps de pratiquer la respiration profonde, nous nous accordons un moment précieux en nous reliant avec nous-même et avec la simplicité.

 

3- Se mettre à l'écoute de son intuition.

Notre intuition est la voix de notre conscience, de notre réalité la plus profonde. Cette réalité est au-delà des mots, des réflexions, des schémas de pensées qui forment notre structure mentale. Se mettre à l'écoute de notre intuition, c'est échapper à la complexité de notre mental, pour privilégier la spontanéité et l'authenticité de notre être profond, notre conscience. Et notre conscience, par la voix de notre intuition – si nous savons l'écouter – nous ramène toujours à l'essentiel. L'essentiel est synonyme de profondeur, il nous ramène à l'humilité devant le mystère de la Vie que nous ne pouvons appréhender avec nos complexes schémas de pensée. Ce mystère est en même temps d'une extraordinaire et captivante simplicité. Revenir à l'essentiel, c'est retrouver la simplicité.

Ici : 17 exercices pour développer son intuition.

 

4- Satisfaire ses besoins plutôt que ses désirs.

Nous vivons dans une société hédoniste et consumériste qui nous pousse à satisfaire nos désirs et à tourner notre vie vers la recherche du plaisir... On n'en finit jamais... ! Même dans les pays d'Orient, où de sagesse ancestrale on sait que le désir est par nature insatiable et que le plaisir n'est qu'un mirage qui se dissipera aussitôt « consommé », on n'échappe pas à cette frénésie de consommation. C'est oublier que le désir est le fruit de nos créations mentales – ou celles induites par les messages publicitaires dont nous sommes inondés – et qu'il rend « heureux » (si on peut appeler cela du bonheur) tout au plus de façon éphémère.

Si nous cherchons en revanche à satisfaire nos besoins plutôt que nos désirs, et apprenons à écouter notre intuition pour connaître nos véritables besoins, nous revenons à l'essentiel et découvrons une source de satisfaction bien plus grande : celle de devenir libre, affranchi(e) de la servitude des désirs. Nous ne cherchons plus alors la joie dans la possession d'objets extérieurs, mais là où elle réside en réalité : à l'intérieur de nous-mêmes. Et puisque nous ne sommes plus prisonniers du besoin de posséder, nous pouvons alors réellement donner et partager.

 

5- Privilégier l'authentique et le naturel.

Le progrès technologique a d'indéniables avantages pour notre confort quotidien et les moyens qu'il nous offre de nous déplacer, communiquer, nous informer... Mais il a aussi pour effets pervers de nous noyer sous un déluge d'informations, et pour un nombre croissant d'entre nous, de créer une sorte de « réalité virtuelle » coupée de la Nature, et de nous-mêmes. Retourner à la simplicité, c'est se reconnecter avec notre être, notre nature profonde. C'est aussi retrouver ses racines avec notre Mère la Terre. Il existe de multiples façons de cultiver ce lien, qui est source de joie, de plénitude, et de simplicité : se promener régulièrement dans la Nature, que ce soit en forêt, en montagne, au bord de la mer, et prendre le temps d'apprécier sa beauté ; modifier sa consommation en privilégiant les matières naturelles ; se déconnecter de la télévision, d'Internet, et rechercher des loisirs plus authentiques...

 

6- Se débarrasser du superflu.

La création de besoins fabriqués de toutes pièces par notre société de consommation et l'accumulation de biens matériels nous encombre et nous éloigne de nous-mêmes. C'est absolument incroyable le nombre d'objets inutiles que nous pouvons accumuler ! Et lorsque nous essayons de faire un peu le tri, beaucoup d'entre nous ont du mal à se séparer des objets dont ils n'ont pourtant aucune utilité depuis des années ! Plus le temps passe, et plus nous sommes encombrés d'objets. Un jour j'ai accompagné un ami qui venait de perdre sa mère (une dame d'un âge avancé) pour l'aider à ranger ses affaires et vider son appartement. Ce que je croyais qui allait durer 1 à 2 jours a duré toute une semaine entière ! Ce sont les souvenirs, les émotions, les pensées de toute une vie que nous avions conscience de ranger avec les objets. Nous sommes très nombreux à ne pas vouloir nous séparer des objets qui représentent des souvenirs auxquels nous sommes attachés. Mais nous pouvons indéniablement réduire la quantité de nos objets, en les donnant à des bonnes œuvres ou pour qu'ils soient recyclés. Nous nous en porterons mieux et permettrons à l'énergie de mieux circuler dans notre maison !

 

7- Cultiver l'humilité.

La simplicité est synonyme d'humilité. Dans notre environnement culturel, tout pousse à la compétition, l'exacerbation de l'ego et... au manque d'humilité. L'humilité a mauvaise presse, elle est perçue comme un effacement, une absence, un manque d'affirmation et de personnalité. Elle est confondue avec la dévalorisation, le manque d'estime de soi. Pourtant, les êtres qui réalisent les plus hauts accomplissements ont un réel sentiment d'humilité. Martin Luther King faisait preuve d'humilité. Gandhi, Nelson Mandela, Aung San Suu Kyi sont des êtres sincèrement humbles. Car la véritable grandeur ne vient pas de l'ego, la personnalité, mais de ce qui cherche à s'exprimer à travers notre personnalité. Et il ne peut le faire que si celle-ci se met à son service dans une attitude humble, tournée vers l'essentiel.

Cultiver l'humilité, c'est se tourner vers l'essentiel, et retrouver la simplicité.


Brenda

Source

Projet semences en liberté
8 Questions à se poser

Articles en Relation

 

Commentaires

Donnez votre avis
déjà membre vous connecter
Invité
mercredi 21 novembre 2018

Image Captcha